Accueil / Actus / Amateur / Golf entreprise / Golf d’entreprise : l’AS Psy Golf, créatrice de golfeurs

Golf d’entreprise : l’AS Psy Golf, créatrice de golfeurs

Créée il y a une dizaine d’années, l’AS Psy Golf de l’hôpital psychiatrique de Saint-Rémy initie chaque année de nouveaux golfeurs. Axée essentiellement sur la découverte plus que sur la compétition, elle poursuit son développement et envisage la création d’une structure de proximité.

L' AS Psy Golf

Au départ, ils n’étaient que quatre. Golfeur déjà convaincu, licencié en 2018 pour la 19e année consécutive, Hafedh Limam s’entoure en mars 2007 de son chef de service, d’une ophtalmologiste et d’un autre médecin généraliste, pour créer l’AS Psy Golf. « Nous avions entendu parler des interhôpitaux et du championnat régional interentreprise et nous souhaitions y participer, explique Hafedh Limam. À quatre, nous pouvions nous inscrire et c’est ainsi que nous avons créé l’AS. » Mais très rapidement, la compétition ne devient qu’accessoire et la section se tourne vers l’initiation et la création de nouveaux golfeurs. « Nous avons rapidement lancé des journées découvertes auprès des salariés pour démocratiser le golf au sein de l’entreprise, poursuit le Président de l’AS. Le but était de s’axer beaucoup plus sur l’initiation, la découverte et de créer de nouvelles licences. »

La recette du succès

L’opération rencontre un succès certain auprès des salariés de l’hôpital psychiatrique de Saint-Rémy (70). Avec trois journées découvertes par an, l’AS grandit et compte en 2018 une quarantaine de membres. La dernière journée organisée le 24 mars dernier a même vu huit des seize inscrits prendre leur licence dans la foulée. « Au début, nous faisions des annonces par des affiches ou dans la presse régional, mais les gens venaient par curiosité sans donner suite, confie le médecin généraliste. Maintenant on cible plus. Les membres en parlent pour voir les gens intéressés, ce qui nous permet d’avoir plus de gens qui adhèrent ensuite à la section. »

Cette réussite ne doit rien au hasard. Avec des offres très avantageuses, la section a tout pour plaire aux débutants. Chaque semaine, des cours sont ainsi organisés le samedi ou le dimanche matin, à des tarifs très intéressants. Pour seulement 75 euros, les joueurs disposent de 40 heures de cours collectifs, par groupe de huit, entre les mois d’avril et octobre. « Contrairement aux clubs, on n’envoie pas tout de suite les débutants dans la nature ou vers un pro avec lequel ils paieraient près de 50 euros de l’heure, ajoute Hafedh Limam. Cela permet aussi de rester entre nous, de créer du lien et d’apprendre à se connaître. C’est convivial, on boit un coup après. C’est ce qui fait notre réussite. » Réservée en priorité aux membres de l’hôpital, l’AS accueille également les joueurs des hôpitaux voisins n’ayant pas de section. « On essaie de les aider à créer leur propre section, quitte à perdre des membres. On l’a notamment fait il y a quelques années avec l’hôpital Nord Franche Comté. »

Pour la première fois cette année, la section s’est aussi ouverte aux enfants. Cinq d’entre eux prennent ainsi chaque mercredi après-midi des cours. « Ce sont des enfants de membres auxquels on demande seulement 50 euros à l’année. Ils ont des séances assez pointues avec notamment de l’analyse vidéo. On les emmène en compétition sur des Grand Prix ou autre. On a des gamins qui tapent bien la balle donc on veut les amener un peu plus loin. »

Un projet de structure de proximité

Pour participer à ces compétitions, les enfants doivent pour le moment être membres de golfs voisins. Mais la situation pourrait évoluer dans les mois à venir avec un projet ambitieux de petite structure à Saint-Rémy. Car dans cette zone rural, la distance est une contrainte réelle. « Personnellement, j’habite à 45 minutes du golf le plus proche, complète Hafedh Limam. Donc cela prend du temps, on réfléchit avant d’aller taper un seau de balle... » La section s’est donc tournée vers le maire de la commune pour réfléchir à la création d’une structure de proximité composée d’un practice et de quelques trous de pitch&putt en synthétique. « Les gens sortent du boulot à 17 ou 18 heures et habitent à 15 ou 20 kilomètres donc ils n’ont pas le temps d’aller jouer au golf. Notre idée serait d’avoir quelques chose juste à la sortie de l’hôpital. On met les affaires dans la voiture, on tape des balles et on boit un coup ensemble. On aimerait rentrer dans les petites structures de proximité, en produit d’appel pas cher pour initier un maximum de monde et envoyer ensuite les gens vers des golfs 18 trous. Le maire est en train de réfléchir mais est intéressé. C’est un projet à plus long terme, on en est encore aux prémices mais à priori les feux sont au vert. »

Avec un tel dynamisme, pas étonnant de voir l’AS Psy Golf prospérer. « Et oui, il y a des choses qui se font dans les hôpitaux ! » conclut dans un sourire Hafedh Limam.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
16 mai 2018