Accueil / Actus / Amateur / Pauline Roussin-Bouchard : Une ambition forgée dès le plus jeune âge

Pauline Roussin-Bouchard : Une ambition forgée dès le plus jeune âge

La nouvelle n°1 mondiale amateur a très vite songé à se lancer vers le très haut niveau. Retour sur une jeunesse golfique qui l’a vue passer à Valence, à Gap, mais également dans une petite structure de l’agglomération toulonnaise : le practice de Loustau.

Pauline Roussin-Bouchard a disputé ses premiers Championnats de France des jeunes sous les couleurs du practice de Loustau. Alexis Orloff / ffgolf

En cette fin de mois de janvier 2020, la première place du classement mondial amateur dames est occupée par Pauline Roussin-Bouchard, licenciée dans le club varois de Valescure et étudiante à l’Université de Caroline du Sud. Rembobinons le film d’une douzaine d’années, partons au cœur de la Drôme, pour voir au golf de Valence Saint-Didier la jeune Pauline Roussin-Bouchard, 8 ans, se lancer véritablement dans le golf, sous les yeux du pro, Vincent Minodier.

« Quand il pleuvait, qu’il faisait froid, qu’il y avait du vent, j’étais la seule à m’entraîner, mais je m’entraînais », relate-t-elle. Déjà, à l’époque. « J’étais surtout calée sur Evian, poursuit-elle. Je voyais Paula Creamer avec des petites jupes et des nœuds dans les cheveux, et je me disais que je voulais gagner Evian. »

Bonbons, crêpes et sucettes

Pauline Roussin-Bouchard a disputé son premier CFJ à l'âge de 9 ans.

Toujours dans cette fin des années 2010, Pauline Roussin-Bouchard fait des passages réguliers au practice de Loustau, petite structure golfique à mi-chemin entre Hyères et Toulon, où joue sa grand-mère. Lorsque la famille, après une année à Gap (et une année de golf à Gap-Bayard) s’installe non loin de là, à Carqueiranne, Pauline et son grand frère Ugo intègrent pleinement l’école de golf menée à l’époque (et encore aujourd’hui) par Martin Bidegain.

« À l’époque, elle avait la particularité de toucher déjà très bien la balle, se souvient ce dernier. Elle avait aussi l’exemple de son frère, qui était un très bon joueur. » « Avec Martin, l’école de golf était toujours basée sur des jeux, sourit Pauline Roussin-Bouchard. Il y avait des bonbons, des crêpes… Je me souviens qu’au putting, on faisait des escargots avec des sucettes à la place des tees. Tu rentrais le putt, t’avais la sucette. C’était vraiment fait pour s’amuser. »

Un accompagnement sur chaque compétition

S’amuser certes, mais contrairement à ce que sa taille peut laisser penser, le practice de Loustau établit également une mentalité tournée vers la compétition. « Avec Pauline, on n’a jamais hésité à parler du sommet du classement mondial, relève Martin Bidegain. Ce n’est pas quelque chose qui m’effraie. »

L’enseignant, tout comme Anne Reich, alors présidente du club (et aujourd’hui présidente du Comité départemental du Var), accompagne les jeunes sur chaque compétition. Pauline, déjà incitée à tenir un carnet à jour régulièrement à l’époque, a ainsi disputé ses premières éditions du Championnat de France des jeunes sous les couleurs de Loustau, de 9 ans jusqu’à ses 13 ans.

L’actuelle n°1 mondiale, titulaire de la licence Or de la ffgolf à partir de ses 10 ans, a profité en outre de la proximité géographique de plusieurs grands parcours (par la taille). « Je pouvais jouer à Valgarde, qui était à deux minutes, à Val Cros, à Barbaroux, à Dolce Frégate », énumère-t-elle. « Arriver en tête du classement mondial amateur, c’est un très long parcours, où le potentiel seul ne suffit pas, note Martin Bidegain. Mais c’est bien de voir qu’en France, on peut avoir des résultats sportifs aussi bons même sans beaucoup de moyens. »

Le bonus

En 2011, le practice de Loustau réalise sa propre vidéo de présentation, avec, évidemment, la jeune Pauline Roussin-Bouchard dans l'effectif de son école de golf. Un petit time-code si vous voulez voir son swing (déjà très en place) de l'époque : 15'40.


Par William LECOQ
30 janvier 2020