Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Championnat de France par équipes messieurs : Campagne premier, lutte féroce et mistral gagnant

Championnat de France par équipes messieurs : Campagne premier, lutte féroce et mistral gagnant

Au terme d’une deuxième journée de qualification marquée en grande partie par des conditions venteuses, l’équipe nîmoise a remporté la phase de qualification, avec un total de +28. Derrière, la lutte a été acharnée jusqu’au bout pour prendre l’une des huit premières places, avec au final Raray, Biarritz et Palmola du bon côté de la barrière.

29 sept.
3 oct.
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES MESSIEURS 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOUNOUILHOU
LIEU : GOLF CLUB DE CAMPAGNE, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le résumé

Zéro. Il y a eu zéro carte sous le par ce jeudi, à l’occasion de la deuxième journée du Trophée Gounouilhou. Le principal responsable n’est pas à chercher longtemps : le vent. Un mistral tout ce qu’il y a de plus habituel dans la région nîmoise, et qui a poussé tous les scores vers le haut, sur un parcours de Campagne déjà coriace pour qui s’y aventure un jour calme.

Une nouvelle fois, l’équipe locale a su mettre parfaitement à profit sa connaissance du tracé autant que son habitude de la soufflerie. Le Golf Club de Campagne a pris la première place de cette phase qualificative avec un total de +28. Thomas Fanlo a été le principal atout des Gardois, avec son bon score de 73 (+1). « L’objectif principal était d’intégrer le top 8, souligne-t-il. On a bien fait le boulot aujourd’hui, on a été solides. On connaît très bien le parcours, et il a clairement été notre ami. »

L’équipe : Bordeaux-Lac

Si les Nîmois ont été les meilleurs sur l’ensemble des deux journées, l’équipe girondine a posté le meilleur total de la seconde : +15. Ils doivent pour cela une fière chandelle à Marc Sabria, qui a signé en début d’après-midi l’une des deux seules cartes dans le par de la journée (72), avec notamment un bel eagle au 11.

Marc Sabria a signé l'une des deux seules cartes dans le par de la journée.

Il est talonné à +1 par son coéquipier Aubin Lacaze, qui a su se montrer patient en alignant neuf pars d’affilée du 6 au 14. Après un double bogey un peu contrariant au 15, il s’est repris en rentrant une belle ficelle au 18 pour un ultime birdie. « Il y avait vraiment beaucoup de vent, ce n’était pas évident, témoigne-t-il. J’ai toujours essayé de rester autour du par. C’était une partie difficile, il fallait s’accrocher, mais avec un +1, je suis content. » Les Bordelais dans leur ensemble ont fait mieux que s’accrocher, en passant d’une inconfortable 6e position après le premier tour à la deuxième place à l’issue du second.

Le reste du top 8

Avec un total de +33, Bordeaux-Lac devance d’un petit coup Cannes-Mougins, qui a réussi à grimper d’une position par rapport à la veille. Les Azuréens ont posté cinq cartes à +5 et moins, dont le 74 (+2) d’Armand Papaziani et le 75 (+3) de Tom Vaillant.

Charles Larcelet rentre un chip au 10 pour Amiens, symbole d'une qualification réussie pour le club picard.

Pour l’équipe d’Amiens, la belle histoire continue : après une première journée conclue à la troisième place, elle a répondu présent lors de la seconde, avec un Ian de la Royère décidément en jambes, qui a signé une belle carte de 73 (+1). Les Picards peuvent savourer : à la 4e place à +40, ils décrochent enfin une place en quart de finale, et le maintien automatique qui va avec. « On s’est battu comme on a pu, avec nos armes, livre Ian de la Royère, le capitaine amiénois. On n’est plus tout jeunes, on se bat contre des très jeunes, mais on est une bande de copains, on fait tout les uns pour les autres. Je suis hyper fier d’eux. »

Amiens se permet même le luxe, au jeu du départage, de devancer au classement le tenant du titre Terre Blanche, également à +40 mais classé cinquième. Après des cartes un peu décevantes en début de journée, quelques expressions inquiètes sont apparues sur les visages varois dans le courant de l’après-midi. Mais Paul Beauvy, positionné en dernier joueur, a rassuré tout le monde par son 73 (+1). Amiens et Terre Blanche se retrouveront ainsi face à face en quart de finale, vendredi.

Ils ont eu chaud, mais les Biarrots d'Antoine Auboin seront bien au rendez-vous des quarts de finale.

Paul Beauvy a été d’autant plus inspiré que pas loin derrière, la bataille pour accrocher les dernières places en quarts a été serrée. Raray s’en est sorti avec un total de +41, et une sixième place synonyme de rendez-vous avec Cannes-Mougins vendredi matin. Le couperet est passé encore plus près pour Biarritz, tout proche de manquer le coche en fin de journée. Là encore, le sixième et dernier joueur a été la clé : grâce à son 73 (+1), Tom Cordonnier permet aux Basques de passer au chausse-pied, en 7e position à +44. Un duel 100 % aquitain les attend en quart de finale face à Bordeaux-Lac.

Enfin, deux coups de marge auront suffi à Palmola pour prendre la dernière place qualificative, à +45. Comme la veille, Miguel Marquez Carrasco a signé la meilleure performance de son équipe avec un 73 (+1). En quart de finale, les Toulousains seront opposés aux locaux de Campagne.

Les barragistes

Autrement dit, pour les huit autres équipes, la journée de vendredi sera consacrée aux barrages, à l’issue desquels la moitié d’entre elles se maintiendra en première division. Bussy-Guermantes a été la plus proche de s’inviter en dernière minute dans le top 8, mais même les efforts d’un Lucas Abrial placé en dernier joueur, et qui a signé l’autre carte dans le par de la journée (72), n’ont pas suffi pour combler les deux coups manquants. Pas sûr non plus que la meilleure performance individuelle de la qualification signée Aurélien Douce (-2 sur l’ensemble des deux tours) suffise à satisfaire les joueurs de Seine-et-Marne, qui affronteront Saint-Donat en barrages.

Le vice-champion en titre sera accompagné par Saint-Cloud, demi-finaliste de la dernière édition, et qui a pris la 10e place à +54. Les Clodoaldiens joueront leur maintien face au Golf Club de Lyon. Autre équipe du top 8 de l’an dernier et qui va devoir sauver sa place : le Golf du Médoc, 11e à +56, et qui a pourtant livré une meilleure seconde journée que la première, malgré des conditions plus délicates. Son adversaire sera la Grange aux Ormes. Enfin, le dernier duel des barrages mettra aux prises Chantilly, 12e à +59, et son poursuivant immédiat, Saint-Germain, 13e à +60.

Le post social


Par William LECOQ, à Nîmes
30 septembre 2021