Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / France-Angleterre messieurs : Égalité à la mi-temps

France-Angleterre messieurs : Égalité à la mi-temps

La France et l’Angleterre sont à égalité, 6-6, à l’issue de la première journée à Saint-Nom-la-Bretèche. Performants en double, les Français ont vu les Anglais revenir en simple.

Oihan Guillamoundeguy a remporté ses deux matches du jour. Alexis Orloff / ffgolf
14-15
mai
MATCH FRANCE VS ANGLETERRE MESSIEURS
LIEU : GOLF DE SAINT NOM LA BRETECHE, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Quel que soit le sport, la physionomie, ou même le côté de la Manche sur lequel on se situe, on préférera toujours un type de France-Angleterre : celui où tout se joue en deuxième mi-temps. Ce sera le cas de la rencontre qui oppose les deux équipes amateurs messieurs, ce week-end sur un parcours de Saint-Nom-la-Bretèche aussi beau que le ciel bleu qui le couvre. À l’issue de la première journée de ce samedi, les deux équipes totalisent six points. Et chacune, lors du premier acte, a eu son moment.

Le matin

Nathan Legendre a réussi ses débuts en équipe de France. (Photo Alexis Orloff / ffgolf)

Le meilleur départ a été signé par l’escouade tricolore, dans les quatre foursomes de la matinée. Aligné dans le premier match, l’attelage formé de Nathan Legendre et Tom Guéant a sagement enchaîné les pars à l’aller, prenant deux trous d’avance sur des erreurs adverses. Sur le retour, les deux Bleus ont rentré les birdies au bon moment, pour s’imposer, 2&1, sur la forte paire Jack BighamSam Bairstow.

« Aux recos, j’étais un peu tendu, avoue Nathan Legendre, récent champion de France messieurs, et honorant sa première sélection en équipe de France. Aujourd’hui (samedi) c’était mieux. Tom a bien joué, donc dès que je faisais un coup moyen, ça ne nous pénalisait pas trop. On s’est bien complétés. On ne se connaissait pas beaucoup, mais au final, nos jeux sont assez complémentaires. Et notre stratégie, où je prenais les impairs et Tom les pairs, a très bien fonctionné. »

Tom Vaillant et Martin Couvra, beaucoup plus expérimentés ensemble, n’ont jamais été menés face à Zach Chegwidden et Arron Edwards-Hill. Ils ont toutefois dû batailler jusqu’au 18, décrochant la victoire, 1 up. Scénario quasi identique pour Julien Sale et Oihan Guillamoundeguy, vainqueurs sur le même score de Jack Brooks et Joe Harvey dans le dernier match. Le seul point anglais de la matinée est venu par John Gouch et Ben Quinney, qui ont battu Paul Beauvy et Adam Bresnu, 3&1.

L’après-midi

Lors des huit simples de la session de l’après-midi, les Anglais ont montré leur capacité de réaction. Cela s’est surtout manifesté dans les deux premiers matches, remportés par John Gouch sur Nathan Legendre (3&2) et Sam Bairstow sur Tom Guéant, au 18e. De son côté, Adam Bresnu a d’abord construit une belle avance sur Jack Bigham, mais a faibli sur le final, pour s’incliner, lui aussi, au 18e.

Quatrième et dernier point plein marqué par les Anglais : celui d’Arron Edwards-Hill, 2&1 face à Martin Couvra. Mais les Français, en toute fin de journée, ont rééquilibré les débats. Mené de deux longueurs après 10 trous, Oihan Guillamoundeguy a signé trois birdies par la suite, pour s’imposer 2&1 sur Jack Brooks. Julien Sale, en contrôle tout au long de l’après-midi, s’est imposé dans le dernier match sur Joe Harvey, 4&2.

Dans ces compétitions par équipes en match play, les demi-points ont parfois une importance morale (voire comptable) égale à celle des points pleins. Les deux matches nuls décrochés par Paul Beauvy et Tom Vaillant peuvent clairement rejoindre la catégorie. Alors qu’il était 1 down face à Ben Quinney après 16 trous, Paul Beauvy a gagné le 17, avant de rentrer un putt solide sur le 18 pour ne pas perdre. Son coéquipier a fait encore plus fort : un putt pour la victoire rentré de l’extérieur du green sur le 18, faisant exulter les spectateurs autour du green (spectateurs attendus encore plus nombreux dimanche, l’entrée est libre).

L’œil du staff

« C’était une belle journée, avec plein de bonnes choses, on est plutôt satisfaits, souligne le sélectionneur des Bleus, Benoît Teilleria. On a fait une belle entame le matin. Cet après-midi c’était serré, on a plusieurs matches qui se jouent sur le 18. On part dimanche avec les compteurs à zéro. On a comme avantage qu’on connaît bien le parcours, on a fait une grosse préparation. Notre stratégie est calée. Maintenant, il va falloir les prendre à la gorge. »


Par William LECOQ, à Saint-Nom-la-Bretèche
14 mai 2022