Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / St Andrews Links Trophy : Le 60 de Grégoire Schoeb sur le New Course

St Andrews Links Trophy : Le 60 de Grégoire Schoeb sur le New Course

Au premier tour de l’édition 2014 du tournoi, le pensionnaire du Pôle France avait égalé le record du parcours en totalisant sept birdies et deux eagles. Il n’a rien oublié de cette journée exceptionnelle.

L’ancien n°1 français a contribué au maintien du Bordelais en première division, à Pont Royal, lors de la Gounouilhou 2022. Crédit / DR
03-05
juin
ST ANDREWS LINKS TROPHY
LIEU : St Andrews Links, Écosse
CATÉGORIE : Toutes catégories

En trente-trois ans d’existence, le St Andrews Links Trophy n’a jamais couronné un Français. Plusieurs d’entre eux sont passés tout près de la victoire comme Rudy Thuillier en 2008, deuxième à un coup du vainqueur l’Ecossais Keir McNicoll. Victor Verey quatrième en 2016, ou Thomas Perrot et Romain Langasque, sixièmes en 2017 de même qu’Edouard Espana en 2012. En deux participations à cette prestigieuse compétition, Grégoire Schoeb s’est illustré sur les parcours mythiques de la “maison du golf“. En effet, le joueur du Bordelais occupa la première place en 2013 aux côtés de l’Anglais Ryans Evan avec un total de 211 avant qu’un triple au premier trou du dernier tour sur le Old Course ne le relègue à la neuvième (288) au final : « Je l’ai traîné comme un boulet durant toute la partie, reconnaît-il. Je me souviens qu’au moment de planter mon tee sur le départ pour ma «reco», devant l’immense bâtisse du Royal et Ancient, mon coeur battait à 200 ! » 

Malgré des douleurs récurrentes au poignet depuis des mois, Grégoire Schoeb s’inscrivit au St Andrews Links Trophy l’année suivante. « Le jour de la «reco» sur le New Course que je n’avais jamais joué, le temps était épouvantable. C’était l’apocalypse. Quand je l’ai terminée, en compagnie de Clément Sordet et Julien Brun, je me suis rendu compte que je n’avais pris aucune note. J’ai donc décidé de prendre un cadet local pour le premier tour. » Et ce dernier n’a sans doute jamais oublié cette partie record vécue auprès de Grégoire Schoeb, auteur d’un 60 (- 11) grâce à sept birdies et deux eagles !

Comme dans un rêve

Grégoire Schoeb montre son score inscrit au tableau situé dans le club-house de St Andrews.

« J’avais démarré très fort avec deux birdies (1 et 3) et un eagle au 2 en «boîtant» un coup de wedge, précise l’ancien n°1 français (46e au WAGR). J’avais planté un coup de rescue à quatre mètres sur le par 5 du 8 pour un second eagle. Je planais littéralement. Je n’avais raté aucun putt en dessous de quatre mètres à l’exception de celui du 11 (24 putts au total). Après un nouveau birdie au 12, j’avais mis un coup de wedge donné au 15. Je me suis retrouvé à - 8 ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant. Au 16, j’avais placé ma mise en jeu sur le 3 puis visé le milieu du green et à neuf mètres du trou, mon putt était tombé. Au 17, j’avais le vent dans le dos et le drapeau avait été positionné derrière un bunker de green. Injouable. Ma balle s’était bloquée à quinze mètres du trou et j’avais enquillé le putt. Thomas Detry, mon partenaire, était mort de rire (- 10). « Sur le dernier trou, un par 4 avec une butte sur le green, le drapeau était au fond. Mais, derrière il y avait un hors limites. J’avais tapé un fer 7 au-dessus de la butte qui s’était immobilisé à six mètres du drapeau. J’étais à - 10 et je m’étais dit : pousse tes deux putts. Malgré une forte pente de droite à gauche, la balle est rentrée plein trou. C’était incroyable. Tout s’était déroulé comme dans un rêve. Ca reste ma plus belle fierté. A ma sortie du recording, il y avait déjà trois journalistes écossais venus m’interviewer. J’occupais la première place avec quatre coups d’avance sur mes poursuivants. Mais, dans la nuit suivante, je n’ai pas fermé l’oeil. Le lendemain matin, au practice, tout le monde était venu me féliciter. Mais, j’étais vite retombé sur terre. Un vent violent s’était levé et j’avais effectué dix trous du deuxième tour dans la tempête (79). »

Grégoire Schoeb enchaîna par un 74 et un 73 sur le Old Course, le dimanche, pour une 25e place (286) : « Pour rien au monde, je n’échangerais cette journée à St Andrews, ajoute le Bordelais. J’ai scoré une nouvelle fois - 11, l’an dernier, lors de la qualification de la poule B de 2e division sur le parcours du Bordelais, un par 67. Et le même jour, au Swiss Challenge, l’Espagnol Alejandro Del Rey a envoyé un 58 (huit birdies et trois eagles) sur un par 72. » Au terme de son second St Andrews Links Trophy, Grégoire Schoeb mit un terme à sa saison pour subir une opération du poignet en octobre qui l’a tenu éloigné des fairways et practices pendant six mois. Le Bordelais a repris, en mars 2015, par une troisième place à la coupe Mouchy avant de remporter la Gounouilhou avec l’équipe de Bordeaux Lac sur le parcours de St Nom-la-Bretèche. Cette année, Ugo MalcorPaul Beauvy et Alexandre Decorde tenteront de devenir le premier Français à inscrire son nom au prestigieux palmarès du tournoi écossais. 


Par Gérard RANCUREL
30 mai 2022