Accueil / Actus / Amateur / Pauline Roussin-Bouchard : ce qui l’a propulsée n°1 mondiale

Pauline Roussin-Bouchard : ce qui l’a propulsée n°1 mondiale

Témoins privilégiés de l’ascension de Pauline Roussin-Bouchard, Alain Alberti, son entraîneur de longue date, Patricia Meunier-Lebouc, sa coach au sein de l'équipe de France, et Pascal Grizot, vice-président de la ffgolf, nous livrent leur regard sur la trajectoire de la toute nouvelle numéro 1 mondiale amateur.

Pauline Roussin-Bouchard est la nouvelle n°1 mondiale depuis le 13 janvier dernier. Alexis Orloff / ffgolf

« Je me souviens d’un débriefing, quand elle était encore en équipe de France Girls, elle devait avoir 14 ou 15 ans. Et son objectif, c’était d’être n°1 mondiale amateur, déjà à ce moment-là. Alors qu’elle était quelque chose comme 15e Française à l’époque. »

L’anecdote est livrée par Alain Alberti, l’entraîneur de longue date de Pauline Roussin-Bouchard, « très content pour elle, mais tout sauf surpris » d’avoir vu sa joueuse devenir officiellement n°1 mondiale amateur le 13 janvier dernier. Le coach basé à Montpellier Massane est l’une des pierres angulaires ayant permis à la Varoise de grimper au sommet de la hiérarchie, tout comme le sont sa préparatrice mentale Amélie Cazé et son coach physique Frédéric Lambertin.

« Tout d’abord, c’est une sportive, poursuit Alain Alberti. Elle adore faire du sport, que ce soit du golf ou autre chose. Par exemple, quand on était allés à Palm Beach au mois de décembre dernier avec Patricia [Meunier-Lebouc], elle n’avait qu’une envie, c’était que l’autre équipe fasse 30 pompes quand une équipe faisait un birdie. »

Ancienne n°1 française et désormais coach de l’équipe de France dames, Patricia Meunier-Lebouc est devenue depuis un peu plus d’un an une autre pièce maîtresse dans le jeu de Pauline Roussin-Bouchard. La proximité géographique de cette dernière, désormais étudiante à la face de Caroline du Sud, permet même des entrevues plus régulières.

« L’expérience en équipe de France a été importante »

« J’ai rarement vu une jeune femme être autant déterminée, à fond dans son projet pro et surtout ayant la maturité qu’elle montre aujourd’hui, confiait-elle lors de l’accession de la Varoise à la première place du classement mondial. Je la sens à 100 % en charge et capable de prendre toutes les décisions nécessaires, au fur et à mesure qu’elle avance, avec une grande justesse. C’est pour moi la marque ultime des championnes. »

Pauline Roussin-Bouchard fait également appel à des experts sur des domaines bien particuliers de son jeu, qui suivent aussi la plupart des amateurs français de haut niveau. C’est par exemple le cas avec David Ames sur le putting.

Bien qu’ayant toujours fonctionné en dehors des structures fédérales comme le Pôle France Girls, Pauline Roussin-Bouchard a malgré tout profité de l’appui de la ffgolf en vertu de sa politique de haut niveau. « L’expérience en équipe de France a été importante dans son parcours, note Pascal Grizot, vice-président de la ffgolf. Son programme de jeu a, également, toujours été réfléchi en collaboration avec la direction du haut niveau, qui a toujours cherché à obtenir le maximum d’invitations dans les tournois amateurs les plus réputés, voire dans des tournois professionnels. »

L’accompagnement de la fédération a également concerné le volet financier, puisque Pauline Roussin-Bouchard a bénéficié pendant plusieurs saisons, en complément du programme de l’équipe de France, du Programme élite, qui permettait la prise en charge d’un certain nombre d’événements par les instances fédérales. Avec l’évolution de la politique de haut niveau de la ffgolf, cette aide s’est muée en somme de base allouée, assortie rajouts en cas de bonne performance.

Les cartes du LPGA en fin d'année

« Il ne faut pas se tromper, ajoute Pascal Grizot. Pourquoi Pauline est n°1 mondiale ? Parce qu’elle est totalement impliquée, et qu’elle s’est entourée des bonnes personnes. Elle a un projet qui est clair, et elle a mis les moyens en œuvre. Nous, là-dedans, nous l’avons accompagnée dans son projet, nous avons été un acteur. »

Au-delà des classements, la saison qui s’ouvre se jouera surtout sur le terrain pour Pauline Roussin-Bouchard, avec un premier gros point d’orgue début avril, pour la 2e édition de l’Augusta National Women’s Amateur. Mais elle s’apprête surtout à tenter de franchir un cap supplémentaire, en disputant l’épreuve des cartes du LPGA Tour en fin de saison, ce qui la ferait basculer vers le professionnalisme dès 2021.


Par William LECOQ
24 janvier 2020