Accueil / Actus / Mondiaux 2022 / Équipe de France / Mondiaux 2022 : Antoine Delon, capitaine aux grandes valeurs

Mondiaux 2022 : Antoine Delon, capitaine aux grandes valeurs

Antoine Delon sera le capitaine de l’équipe de France messieurs, du 31 août au 3 septembre prochains, lors des Championnats du monde amateurs par équipes. Transmettre aux joueurs ce que le jeu de golf lui a apporté et s’assurer de réunir les conditions de la performance sont les principes cardinaux de son capitanat.

Antoine Delon (à droite, aux côtés du sélectionneur Benoît Teilleria) sera le capitaine des Bleus lors des Mondiaux. Alexis Orloff / ffgolf

On peut lui parler de sa relation avec les joueurs, avec les autres membres du staff, de sa propre condition de joueur de golf, ou même de sa vie professionnelle comme personnelle, le fil rouge est aisé à identifier : les valeurs. Dans chacun de ces domaines, Antoine Delon, capitaine de l’équipe de France messieurs, met tour à tour en avant le respect, l’esprit d’équipe, l’amour du jeu autant que celui du maillot. « C’est mon credo », résume-t-il.

Le golf, « sport de tous les sports »

Un credo qu’il a commencé à réciter à ses 16 ans (il en a aujourd’hui 47), lors de sa première rencontre formelle avec la petite balle blanche. Lui qui était alors plutôt penché tennis, foot et squash a commencé à s’émerveiller devant ses premiers vols de balles sur un practice de Cabourg, en Normandie. Mais pas seulement. « J’ai eu l’impression que le golf était le sport de tous les sports, narre-t-il. Ça a été une révélation ultime pour moi. Je suis devenu complètement habité. Cette rencontre a été déterminante dans l’évolution de ma vie personnelle, elle m’a apporté des valeurs d’humilité, de travail, d’esprit d’équipe. »

Il n’est jusqu’à sa vie professionnelle d’aujourd’hui, où il dirige Linxea, une PME parmi les leaders français de l’épargne en ligne, qui ne soit marquée par ces valeurs acquises, entre autres, sur les fairways de son club de Chantilly. Fairways qui ont en outre fait de lui un joueur de golf au pedigree fort respectable, qui l’amenait encore ces dernières années, par exemple, à pouvoir disputer les Championnats d’Europe mid-amateurs.

Répartition des rôles dans le staff

Le capitaine au milieu de ses joueurs, lors du Championnat d'Europe par équipes 2021.

Tous ces principes, naturellement, irriguent un capitanat débuté il y a deux ans, autrement dit au début du processus qui mènera aux Mondiaux de la fin de l’été. « Je connaissais déjà très bien Benoît Teilleria (le sélectionneur des Bleus, NDLR). Avec Mathieu Santerre (le coach de l’équipe, NDLR), je pense qu’ils ont consulté les entraîneurs des différents joueurs, pour savoir quel type de capitaine ils souhaitaient, et que Benoît a proposé mon nom. »

Les premiers temps ont été consacrés à sa prise de contact avec les joueurs, dont il suivait assidûment toutes les performances, mais avec lesquels il n’avait pas encore développé de relation personnelle. « J’ai passé du temps pour essayer de les connaître, de les comprendre. Ça ne se fait pas en deux rendez-vous. » Autre tâche fondamentale dans les premiers temps de l’aventure : la répartition des rôles entre les membres du staff. « On a fait des fiches de poste, avec qui fait quoi entre moi, Benoît, Mathieu et Khélil (Baba-Aïssa, le kiné de l'équipe, NDLR) », explique simplement le capitaine.

Dans cette configuration, son rôle consiste, hors du terrain, à faire le relais au quotidien auprès des joueurs, afin de s’assurer que tous les moyens de la performance sont réunis. Sur le parcours, en tant que seul amateur du staff, il est l’un des deux seuls habilités à donner directement des conseils aux joueurs lors des Championnats d’Europe par équipes. Au Golf National et à Saint-Nom-la-Bretèche, lors des Mondiaux, il sera même le seul à pouvoir échanger directement avec les joueurs. « Ma mission est de trouver les mots dans les bons moments, mais également dans les moments un peu plus critiques », livre-t-il.

Attaché au golf amateur

Avec Tom Vaillant et José María Olazábal, lors d'un stage organisée avec le champion espagnol début 2021.

Des situations déjà vécues, notamment l’été dernier en Espagne, où l’équipe de France messieurs, après une demi-finale renversante face aux hôtes hispaniques, est passée à deux doigts du titre. « Lorsqu’on est capitaine, les émotions sont démultipliées, de plaisir comme de détresse, témoigne Antoine Delon. Mais ce championnat a été un grand moment, car ça a validé le fait que nous étions sur la bonne voie. J’estime avoir beaucoup de chance, car je pense que l’on a la fédération qui, en Europe, est la plus engagée dans le haut niveau. On a un président lui-même bon joueur de golf et obsédé par la performance, des gens très compétents à la direction technique… C’est pour nous une grande responsabilité. »

Et puis garantir les valeurs, car comme écrit plus haut, on y revient toujours. « "Amateur", ça vient de l’italien "amatore", c’est-à-dire l’amour du jeu, rappelle Antoine Delon. Mon rôle, c’est aussi de leur rappeler que, pendant cette période de leur vie, ils jouent pour le maillot de l’équipe de France et la passion de leur jeu, autrement dit le plus important. »

Des préceptes qui ont débouché sur l’écriture d’une charte des valeurs, qui s’appuie sur trois axes : se préparer comme des professionnels ; l’unité du groupe, plus importante que toute valeur individuelle ; et enfin le respect, tant du jeu que des adversaires et du maillot. « Si on arrive à leur passer cette culture, ça sera un atout très important dans leur vie professionnelle », souligne le capitaine, rempli d’espérance devant l’échéance des Mondiaux : « Tout est possible, assure-t-il. Et dans tous les cas, sélectionner la meilleure équipe, ce sera le travail de tous. »