Accueil / Actus / Pro / European Tour / Amundi Open de France : des petits Bleus dans le grand bain

Amundi Open de France : des petits Bleus dans le grand bain

Parmi les 120 joueurs alignés au départ du 103e Open de France, trois amateurs français s’apprêtent à goûter pour la première fois au plus haut niveau. Une formidable opportunité pour ces jeunes qui profitent de l’occasion pour acquérir de l’expérience auprès de pros aguerris.

Ko / Larcelet
Jeong Weon Ko et Charles Larcelet disputaient leur partie de reconnaissance ensemble mardi Mathilde L'Azou / ffgolf
17-20
octobre
AMUNDI OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Au milieu des joueurs du Tour européen et de la crème du golf tricolore, trois jeunes amateurs se sont glissés dans le champ du 103e Open de France. Invités par les organisateurs du tournoi, David Ravetto, Jeong Weon Ko et Charles Larcelet s’apprêtent à disputer leur premier tournoi au plus haut niveau européen. Une superbe occasion d’emmagasiner en quelques jours une expérience inestimable. « C’est une semaine très importante pour eux car c’est leur premier contact avec des joueurs de ce niveau, confirme Thomas Levet. Ils se retrouvent avec des joueurs qu’ils n’ont jamais vu de leur vie, peuvent discuter avec Jose Maria Olazabal, serrer la main d’Alex Noren ou voir comment s’entraîne Erik Van Rooyen, l’un des meilleurs joueurs de la saison. Ça leur ouvre un peu l’esprit et leur permet de voir le niveau de jeu et d’exigence qu’ont les tout meilleurs. »

Une reco' avec Romain Langasque

Les chanceux n’ont pas d’ailleurs attendu le début du tournoi pour profiter de cette expérience aux côtés de leurs aînés. Mardi, deux jours avant le début du tournoi, Charles Larcelet et Jeong Weon Ko disputent ainsi neuf trous de reconnaissance en compagnie de Romain Langasque. Pendant plus de deux heures, ils ont le loisir d’observer l’un des meilleurs Bleus de la saison sur le Tour (25e de la Race to Dubaï) et de discuter avec celui qu’ils regardent la plupart du temps à la télé. « Je me mets à leur place. Si j’avais pu jouer un Open de France en tant qu’amateur et me retrouver avec un mec qui occupait la 25e place de la Race à ce moment là… Pour eux, il y a forcément des choses à prendre, confie Langasque. Et pour nous, c’est toujours sympa d’échanger avec les plus jeunes quand on a l’occasion. On a parlé ensemble, de tout et de rien. Ils ont aussi pu discuter stratégie avec mon caddie (Samuel Bernard). »

Autour des trois joueurs, une jolie petite meute tricolore s’affaire sur les fairways et autour des greens de l’exigeant Albatros. Coachs, caddies retenus pour l’occasion, ou amis joueurs venus gober quelques informations auprès du 109e mondial. « J’ai eu la chance de jouer deux fois neuf trous avec Romain (lundi et mardi), explique Charles Larcelet. C’est très sympa de discuter avec lui et de voir de quelle façon il va jouer le parcours, sa vision du jeu. Globalement les pros français sont d’ailleurs tous super accueillants. C’est chouette pour des amateurs comme nous, ça nous aide à rentrer plus facilement dans ce genre de tournoi. » « J’ai beaucoup observé Romain, ajoute Jeong Weon Ko. Notamment ses drives où il variait beaucoup ses coups. C’était bien de voir ça, j’ai pu constater que j’avais beaucoup de marge de progression là-dessus. »

Thomas Levet en conseiller tactique 

Missionné par la Fédération française de golf auprès des meilleurs amateurs tricolores, Thomas Levet est également là et apprécie cette transmission entre générations. « Ce genre de moments permettent aux plus jeunes de voir le niveau de jeu et d’exigence des pros, explique-t-il. Pour eux, cela confirme ce qu’on leur dit à longueur d’année : qu’ils ont le niveau sur certains coups mais qu’il y a aussi pas mal de choses à apprendre. Ils peuvent constater que les pros ratent aussi des coups, manquent certains trous, mais gardent toujours la tête sur les épaules quand les amateurs ont souvent tendance à s’énerver. »

Loin d'être spectateur, Levet se montre bavard comme à son habitude et prêt à répondre à toutes les questions. Lauréat du tournoi en 2011, le récent vainqueur de l’European Senior Masters a de l’expérience à revendre et une connaissance du parcours assez unique. Pas vraiment de technique dans les discussions mais de précieux conseils sur la meilleure façon d’aborder chaque trou. « Je ne leur impose pas ma stratégie de jeu, poursuit-il. En revanche, on discute de la meilleure façon de jouer tel ou tel coup. Je peux si besoin leur suggérer de prendre un club de moins par exemple pour viser une zone plus large et se retrouver avec un coup suivant plus simple. Je suis là pour aider et leur ouvrir l’esprit de temps en temps, parler avec eux des trous qu’il faut aborder avec des pincettes et de ceux qu’on peut attaquer. Ce sont des gamins qui demandent et leurs questions sont intéressantes. À leur niveau, ils jouent mieux que les autres notamment parce qu’ils posent plus de questions. »

Sereins à 24 heures du départ

Récemment alignés sur le Challenge Tour, au Hopps Open de Provence, Ko et Larcelet se sont déjà illustrés parmi les pros (18e place pour le premier et 24e pour le second). Mais ils s’apprêtent à découvrir sur le Tour européen un niveau encore largement supérieur. Avec l’envie de bien faire bien sûr et sans doute une petite boule dans le ventre. « Il ne faut pas avoir peur de prendre une claque sur le premier départ, explique Thomas Levet. C’est justement la chance qu’ils ont de commencer aussi tôt. Ils acquièrent de l’expérience et le jour où ils seront pro, ce ne sera pas leur premier Open de France, ils ne prendront pas le bouillon, auront plus de repères, connaîtront les rouages et le niveau de jeu exigé. C’est très important pour ces joueurs qui vont passer pro. »

À 24 heures de leur premier départ parmi l’élite, les deux Bleuets affichent toutefois une belle décontraction. « Ce sera peut-être différent jeudi, mais pour le moment je suis assez serein, confirme Ko un grand sourire aux lèvres. C’est génial d’être là. J’essaie d’aborder ce tournoi comme un autre même si tout le monde me dit que c’est quelque chose d’exceptionnel. J’en tiens compte mais j’essaie de ne pas me mettre plus de pression que ça. Je vais faire de mon mieux et je me dis que si je joue bien, je peux être encore là ce week-end. » « Le but est que cette semaine soit avant tout du plaisir, ajoute Larcelet. On est là pour découvrir ce monde. L’objectif est de faire le job et de voir ce que cela donne tout simplement. » Pour son premier départ sur le Tour, le champion d’Europe par équipes Boys s’élancera du 10 à 8 h 25 jeudi, en compagnie d’Adrien Saddier et de l’Australien Deyen Lawson. Pour Ko, il faudra patienter jusqu’à 12 h 40 pour une partie en compagnie de l’Australien Jake McLeod et de l’Anglais Callum Shinkwin.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
16 octobre 2019