Accueil / Actus / Pro / Ladies European Tour / Lacoste Ladies Open de France : Deux Bleues aux commandes

Lacoste Ladies Open de France : Deux Bleues aux commandes

Les Françaises Anaïs Meyssonnier, 24 ans, et Agathe Laisné, 22 ans, se partagent les commandes du Lacoste Ladies Open de France à l'issue d'un premier tour joué en 66 (-5).

16-18
septembre
LACOSTE LADIES OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf du Médoc Resort (Châteaux), France
CIRCUIT : Ladies European Tour

Avec pas moins de vingt-deux Françaises au départ du Lacoste Ladies Open de France ce jeudi au Golf du Médoc Resort, on s'attendait forcément à voir quelques-unes de nos représentantes jouer les premiers rôles sur le parcours des Châteaux, mais en avoir deux tout en haut du leaderboard constitue quand même une belle surprise. Surtout qu'il ne s'agit pas des têtes d'affiches, mais de deux jeunes joueuses en début de carrière et jamais encore titrées sur le circuit européen.

L'Arlésienne au rendez-vous !

Anaïs Meyssonnier a été la première à rentrer au club-house avec une carte de 66 (-5) garnie de six birdies et un seul bogey, un score à un coup de son meilleur en carrière. « Le long jeu a été solide, comme depuis quelques semaines, et le putting a bien suivi aujourd'hui, donc ça fait plaisir ! », a déclaré la native d'Arles. « D'autant plus que j'ai réussi à rester stable mentalement toute la journée. J'ai commencé un travail avec mon préparateur il n'y a pas très longtemps, et le fait que ça porte ses fruits est d'autant plus satisfaisant. C'est un travail sur la gestion de mes émotions sur le parcours, je m'efforce de rester le plus stable possible émotionnellement », explique celle qui collabore dans ce secteur avec Éric Boucher.

Évoluant cette saison entre le Ladies European Tour et sa seconde division (Letas), Anaïs Meyssonnier récolte également les fruits de sa récente collaboration avec Benoît Teilleria, qui lui apporte son expertise du haut niveau, et du travail technique mené aux côtés de Frédéric Fogeron, ayant franchi trois cuts en quatre tournois sur le LET cette année. Mais cette semaine, c'est aussi la présence au sac de son frère Stéphane, joueur sur le Pro Golf Tour, qui lui donne un supplément de confiance : « Il me connaît très bien, on joue ensemble depuis tout petits, donc il sait comment je fonctionne. On a bien discuté par rapport au fait de garder les émotions sous contrôle, parce qu'il est assez émotif comme moi lui aussi, et je ressens vite quand il commence à s'exciter. Mais il sait très bien me calmer et me dire la bêtise qu'il faut au bon moment pour me détendre sur le parcours ! »

Laisné a tout d'une grande

Agathe Laisné

La performance d'Anaïs Meyssonnier a été égalée, une heure plus tard, par Agathe Laisné. Tout juste professionnelle, la joueuse formée au RCF La Boulie par Vincent Loustaud a elle aussi rendu une carte de 66 (-5), entachée d'un bogey sur son premier trou (le 10) mais colorée de six birdies, dont trois pour finir ! « Au 7 j'ai rentré un chip après avoir fait un petit flyer, au 8 j'avais confiance en mon PW et je l'ai mis à 1 m, et au 9 j'ai réussi une belle approche-putt depuis le bord du green, donc c'était chouette de finir comme ça », a-t-elle déclaré. « J'étais bien aujourd'hui, calme et sereine. Quand j'ai fait des bons coups je suis vite redescendue, et quand j'ai fait des mauvais coups je suis vite passée à autre chose. J'ai réussi à jouer mon jeu, donc je suis ravie. »

Fraîchement diplômée de l'université du Texas à Austin, où elle a passé quatre ans, Agathe Laisné découvre depuis l'open de Suisse la semaine dernière le monde professionnel. « J'adore cette nouvelle vie ! Et comme je n'ai plus les cours de la fac à travailler, je ne suis pas trop stressée. J'espère que ça va continuer comme ça ! » Sa réussite ce jeudi s'explique aussi par la présence, sur son sac, de l'expérimenté Axel Bettan, provisoirement sorti de sa « retraite » pour l'occasion : « Je suis là cette semaine car j'ai un ami qui s'occupe d'Agathe, et ça me faisait plaisir de pouvoir lui rendre ce service. C'est extrêmement agréable de travailler avec Agathe : elle est super spontanée, et on passe de très bons moments. Elle est très instinctive, donc elle fait ses choix par rapport à ce qu'elle ressent. La plupart du temps on sent sa certitude dans sa décision, et de temps en temps – une ou deux fois aujourd'hui – elle demande mon avis. Mais c'est elle qui garde la maîtrise du jeu. Je ne connais pas assez son jeu pour l'instant, mais elle a tous les coups dans le sac et elle tape fort, ce qui est un avantage certain dans le golf féminin actuel. Elle a tout pour réussir », conclut le caddie.

Boutier bien placée

Céline Boutier

Troisième Française au leaderboard ce jeudi soir, Céline Boutier n'a pas manqué son entrée en lice, même si elle a dû patienter jusqu'au bout pour colorier sa carte. Après un birdie au 15 (son sixième trou) puis un bogey au 18, la récente lauréate de la Solheim Cup avec l'équipe européenne a elle aussi fini par trois birdies pour rendre un solide 68 (-3) qui la place septième. « C'est forcément un peu frustrant de jouer bien et de ne pas faire de birdies, mais je n'étais pas très proche des drapeaux non plus. Même si j'ai bien putté toute la journée, on ne peut pas espérer faire beaucoup de birdies quand on est à 6 ou 7 m. Mais comme sur la fin il y a un court par 3, le 8, suivi d'un par 5 touchable en deux, donc je savais qu'il restait quelques occasions, donc je suis restée patiente jusqu'au bout », a-t-elle indiqué.

Elle aussi caddeyée par son frère, la Parisienne savoure ce bref passage en France, avant de repartir dimanche aux États-Unis retrouver le LPGA Tour. « C'est une super semaine pour l'instant ! Ça va être un peu court, mais je profite de chaque opportunité que j'ai de jouer en France, et pour l'instant j'apprécie. Ça fait un an ou plus que Kevin ne m'a pas caddeyé, mais il l'a fait plusieurs fois par le passé, et il sait comment je joue et comment m'aborder. Ça s'est bien passé aujourd'hui, et c'est toujours un plaisir de l'avoir sur le sac », a déclaré celle qui avait terminé deuxième de l'édition 2019.

À noter enfin que Pauline Roussin-Bouchard a démarré en 71 (par) et occupe la 26e place aux côtés d'Emma Grechi, Manon Gidali et Camille Chevalier. L'ancienne n° 1 mondiale chez les amateurs, passée pro le mois dernier, est caddeyée cette semaine par Alexander Levy, qui a profité d'une semaine off sur le Tour européen pour prêter main-forte à sa partenaire d'entraînement, puisque tous deux sont coachés par Alain Alberti.

PRB Levy

Par Alexandre MAZAS
16 septembre 2021