Accueil / Actus / Santé / Plein feu sur les douleurs lombaires

Plein feu sur les douleurs lombaires

Mal de dos, les facteurs généraux, les liens avec le golf, révélateur ou cause, les précautions à prendre, dans le swing, avec notre matériel... et la chasse aux idées reçues. 

étirements golf

Pascal Bories, de Puteaux : « Je suis golfeur assidu (index 14) depuis de nombreuses années. J’ai bientôt quarante ans, assez sportif, mais j’ai toujours eu ce qu’on appelle « un dos fragile ». Ma vie sédentaire, je pense, n’arrange pas la situation et je ressens parfois des douleurs qui, si elles ne m’empêchent pas de jouer pour l’instant, mais me font un peu peur pour la suite de ma « carrière » de golfeur. J’aimerais avoir un vrai éclairage sur le mal de dos chez le golfeur en général, les risques encourus, les moyens de se préserver pour durer, etc. »

Les réponses d'Olivier Rouillon, médecin fédéral national de la ffgolf

Le « mal de dos » (lombalgies) représente une cause fréquente d’arrêt temporaire de la pratique du golf, que ce soit chez les joueurs amateurs ou professionnels. Mais chez les pratiquants amateurs, le golf ne fait souvent que révéler une pathologie lombaire pré-existante sans en être la cause.
Pour prévenir la survenue de ces douleurs lombaires, faisons la distinction entre les causes générales de vos douleurs lombaires (indépendantes de la pratique du golf) et les causes spécifiques à la pratique du golf.

Les facteurs généraux (communs à tous les individus) 
1/ Le vieillissement des structures de la colonne lombaire ;  le disque inter-vertébral et les articulations postérieures (arthrose lombaire), conséquences des activités de la vie courante et parfois, des conditions de travail.
2/ Le surpoids.
3/ Une mauvaise posture.

Les facteurs spécifiques (aux golfeurs) 
1/ Les déficits de mobilité articulaire :
Limitation de la rotation interne des articulations de hanche :
Lorsque vous exécutez un swing, si vous êtes droitier, votre hanche droite tourne en rotation interne lors de la montée du club ( on parle de « pivot reverse ») et votre hanche gauche de la même façon lors du retour jusqu’au finish (le slide). Si vous manquez de rotation de hanches, vous allez surmener votre colonne lombaire. Ces défauts de rotation interne sont très fréquents chez les golfeurs « réguliers ».
Le manque de mobilité du bassin : anté / rétro- version :
De la même façon lors du swing, votre bassin va devoir passer successivement d’une position d’antéversion (dos creux) à l’adresse, à une position de rétroversion (dos rond) à l’impact puis à nouveau d’antéversion au finish. Si vous n’êtes pas en mesure de mobiliser votre bassin de cette façon, vous allez également surmener votre colonne lombaire.
Le manque de rotation du tronc / bassin :
Si vous ne tournez pas assez les épaules lors du backswing, vous serez obligés à plus de rotation dans la colonne lombaire donc à plus de contraintes sur cette zone.

2/ Les déficits musculaires (en termes de force ou de souplesse). Il est donc indispensable de :
- Renforcer les muscles suivants : grands fessiers (le muscle sollicité le plus intensément dans le swing), les abdominaux (principalement les obliques et le transvers), les quadriceps (muscles de la face antérieure de la cuisse) et les muscles postérieurs de la colonne lombaire.
- d'étirer les muscles suivants : les ischio-jambiers (muscles de la face postérieure de la cuisse), le psoas (muscle fléchisseur de la hanche qui met la colonne lombaire en hyper lordose s’il n’est pas assez extensible) et les muscles rotateurs externes de hanche.

3/ Les déficits d’équilibre (proprioception) :
Le swing nécessite (et permet) de développer de bonnes qualités de contrôle de l’équilibre (une des composantes de la proprioception avec le sens de positionnement du corps dans l’espace). Vous devez être capable de maintenir parfaitement votre équilibre, les yeux ouverts sur les deux exercices suivants : En équilibre sur la jambe droite, genou tendu, puis flexion du genou. Equilibre sur la jambe gauche, genou tendu, puis flexion.
Ce contrôle de l’équilibre est indispensable pour ne pas solliciter de façon trop importante la colonne lombaire par des mouvements « parasites » et mal contrôlés.

4/ Les défauts techniques d’exécution du geste (swing). Ils peuvent concerner les différentes phases du swing :
La posture : les défauts  limitent les possibilités de mobilité et d’efficacité musculaire. Les 2 défauts les plus fréquents sont les postures en « C » ou en « S » fréquemment observées chez les golfeurs débutants.
- Le backswing : Si votre colonne vertébrale est inclinée à gauche (pour un droitier) au sommet du backswing, vous allez entrainer des contraintes asymétriques responsables de douleurs.
- Le downswing : Si vous glissez vers la gauche (pour un droitier) lors du retour au lieu de tourner vers la gauche, vous inclinez votre colonne vertébrale vers la droite et entraîner des contraintes anormales. Le finish : Si vous terminez votre swing avec une grande lordose lombaire (dos très creusé), vous entrainez des contraintes très importantes sur les articulations postérieures de votre colonne lombaire, source de douleurs.

5/ L’absence d’échauffement digne de ce nom. A pratiquer rituellement avant une séance de practice ou un parcours. Cela vous prend dix minutes, mais contribue à un meilleur niveau de jeu et surtout à prévenir les douleurs lombaires !! Commencez par vous échauffer sans les clubs !

6/ Un matériel inadapté : des clubs trop lourds, trop « raides », avec un point de flexion trop haut, vont entraîner des contraintes augmentées au niveau des différentes articulations mises en jeu dans le swing, et en particulier sur la colonne lombaire. Faites donc vérifier la bonne adéquation de vos clubs à votre corps, votre niveau de jeu, votre âge, votre vitesse de swing. Pour cela offrez-vous un fitting (ou surveiller les séances gratuites), surtout si vous souhaitez changer vos clubs.

VRAI/FAUX ?  Les contraintes que j’impose à ma colonne vertébrale lors d’un swing de golf sont responsables de mes douleurs dorsales.
Faux : L’idée reçue et fausse selon laquelle le golf serait responsable de douleurs lombaires ne repose sur aucune étude scientifique.
Mais : En revanche, la prévention des lombalgies chez les golfeurs repose sur des éléments spécifiques au geste du swing. Vous avez donc besoin :
De conseils médicaux en fonction de vos capacités en termes de mobilité, souplesse et force.
De conseils en termes de technique du swing pour éviter les causes les plus  fréquentes de ces douleurs lombaires.
De conseils d’un professionnel du fitting pour jouer avec des clubs parfaitement adaptés.

LA BONNE RESOLUTION
Vous devez également être convaincus que 10 minutes d’exercices (gymnastique simple) 3 à 5 fois par semaine seront très efficaces dans ce but de prévention. Il vous faut renforcer : vos cuisses, vos abdominaux, vos fessiers et vos muscles lombaires. Il vous faut également étirer vos muscles postérieurs de cuisse, vos psoas et vos muscles rotateurs de hanche. Pour cela demander à votre kinésithérapeute des exercices adaptés et réalisables sans aucun matériel.

LE CHIFFRE : 24%
Sur la totalité des blessures constatées parmi la population golfique, 24% et plus (jusqu’à 34 %) concernent la région lombaire, selon une étude de l’Australien, D. Andrew McHardy.

 


Par Dominique Bonnot
1 juin 2015