Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Championnat de France cadets-cadettes : Martin Couvra l’homme en forme

Championnat de France cadets-cadettes : Martin Couvra l’homme en forme

Le pensionnaire du Pôle France reste sur une belle série de victoires au Médoc, à Arcachon et à Valescure. Il sera l’un des favoris de cette compétition. Chez les filles, Adela Cernousek ne cache pas ses ambitions.

Le parcours de Moliets sera le cadre des championnats de France cadets et minimes garçons. DR
LES DÉPARTS CADETS ET MINIMES GARÇONS 162,8 kB
LES DÉPARTS CADETTES ET MINIMES FILLES 495,8 kB

Après une année au sein du Pôle Espoirs d’Antibes, Martin Couvra entame sa deuxième dans le groupe du Pôle France et travaille désormais en compagnie de Jason Belot.

Une collaboration fructueuse puisque depuis quelques semaines, le joueur du Dolce Frégate enchaîne les succès : «Nous avons débuté quinze jours avant le Grand Prix du Médoc, indique l’entraîneur national. Nous avons résolu ses petits soucis de putting et tout s’est bien passé au Médoc, à Arcachon, et au championnat d’Europe individuel avec un belle vingtième place sans oublier sa victoire à Valescure avec un superbe - 14. Il progresse régulièrement. C’est un gamin qui sait ce qu’il est capable de faire. Il possède un excellent fonds de jeu. De plus, il apprécie le mode de fonctionnement du Pôle.» 

Martin Couvra au championnat de France cadets
Auteur d'une belle série de victoires, Martin Couvra fait figure de favori dans ce championnat.

Ce matin, Jason Belot a consacré une heure d’entraînement individuel à Martin Couvra avant la reconnaissance officielle du parcours de Moliets : «Nous sommes là pour que le Pôle ramène la médaille, affirme l’entraîneur. C’est notre mission.»

«Tout se déroule pour le mieux avec Jason, confirme Martin Couvra. Ça a bien marché tout de suite.»

Pour sa première saison dans la catégorie cadets, le Provençal ne vient pas à Moliets pour faire de la figuration mais, avec l’ambition de surfer sur sa dynamique et bien évidemment de gagner.

Il ne sera pas le seul joueur habité par cet objectif à commencer par ses partenaires du Pôle mais, d’autres encore comme le Cantilien Théo Boulet: «Je ne suis pas à Moliets pour compter les gouttes d’eau (il a beaucoup plu sur la région), déclare-t-il avec humour. Tout va bien. Je joue bien (4e au Grand Prix du Vaudreuil et du Lys Chantilly et 3e à Valescure) et depuis deux mois, je m’entraîne avec Kenny Le Sager. Nous nous entendons très bien. Je vais donc mettre en oeuvre pour saisir ma chance si elle se présente.»

Première participation au championnat de France cadets pour Toméo Tissot, titré chez les minimes l’an dernier à Saint-Cloud. Fini pour lui le match play, place au stroke play : «J’ai vécu pas mal de changements cette année, explique-t-il. J’ai changé de club (il porte désormais les couleurs de Cannes Mougins). Je travaille avec Jeff Lucquin. Il m’apporte beaucoup, de même que Cédric Coquet. Depuis la reprise, j’ai toujours fini dans le top 10. Mon jeu est devenu plus régulier. Je vais devoir m’adapter à la nouvelle formule de jeu qui offre moins de surprise. Ce sera l’un des favoris qui s’imposera.»

Sur le podium l’an dernier, Marin D’Harcourt a reconnu le parcours de Moliets en compagnie de son ami et partenaire, Hugo Mongalvy : «Nous avons plutôt bien joué même si le parcours était sous l’eau, remarque-t-il. Mais, j’ai hâte de commencer ce championnat. J’ai eu un peu de mal cette année. J’avais perdu confiance sur mes mises en jeu. C’est en train de revenir. J’ai bien négocié les match play lors de la Gounouilhou. Puis, j’ai fini dixième au Touquet. Et puis, j’aime bien cette période de l’année. Je marche plutôt bien et j’apprécie les quatre tours de stroke play. C’est celui qui a le mieux joué qui gagne.» 

Adela Cernousek au championnat de France cadettes
Diminuée par une blessure au poignet, Adela Cernousek retrouve petit à petit un jeu solide.

Un tournoi féminin très ouvert

Handicapée par une blessure au poignet pendant plus d’un mois, Adela Cernousek  n’a repris qu’à la fin du mois de septembre. Elle a disputé les Grands Prix d’Avignon et de Valescure ainsi que la Golfers : «Je ne ressens plus de douleurs, c’est agréable, confie-t-elle. J’étais assez satisfaite de ma deuxième place à Avignon et de mes deux tours de qualification à la Golfers. A Valescure, j’ai travaillé des choses sur le parcours et mon jeu se remet en place. C’est encourageant. Je vais prendre ce championnat de France tour après tour, coup après coup, mais avec des ambitions.»

L’absence de la tenante du titre, Elsa Ettori-Douard, qui s’est scratchée aujourd’hui, ouvre donc des perspectives à d’autres joueuses parmi lesquelles Jeanne Messin, troisième l’an dernier à Montpellier - Massane.

Pour son dernier tournoi de la saison, la Rémoise espère améliorer son résultat de 2019 : «Bien sûr mais, la saison a été très particulière, commente-t-elle. Je n’ai pas enregistré de super résultats et je me suis moins entraînée car j’ai privilégié mes études (DUT GEA). Mais, j’aime toujours autant le golf. Pour cette dernière compétition de 2020, je veux en profiter au maximum en passant le cut d’abord et en me donnant à fond jusqu’au bout car, sur quatre tours, tout est possible. Je viens de terminer ma reconnaissance et j’apprécie ce parcours de Saint-Emilion même s’il est détrempé par les pluies de ces derniers jours.»


Par Gérard RANCUREL
27 octobre 2020