Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Trophée Golfers’ Club - Finale : et de trois pour le Paris Country Club !

Trophée Golfers’ Club - Finale : et de trois pour le Paris Country Club !

Deuxième de la qualification, l’équipe parisienne a remporté son troisième titre consécutif en battant en finale le RCF La Boulie (4 à 3) au terme d’une très belle finale riche en rebondissements. Rose Le Tendre a apporté le point décisif au 20e trou.

04-08
mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES DAMES 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOLFER'S CLUB
LIEU : Hossegor, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Il aura donc fallu attendre le vingtième trou du simple opposant Rose Le Tendre à Lucie Malchirand pour connaître le nom du champion de France 2018.

Menant 3 à 1 après la victoire (2&1) du foursome composé de Lilas Pinthier et Clémence Martin puis les succès en simple de Lou Vrain (6&5) face à Evangeline Prévot et de Lilas Pinthier (5&4) contre Mathilde Claisse, le Paris Country Club semblait s’acheminer tranquillement vers son troisième titre.

Mais, les joueuses du RCF La Boulie n’ont rien lâché jusqu’au bout pour s’adjuger les deux derniers simples grâce à Alexandra Yschard et Joséphine Farrando et ainsi recoller au score (3 à 3).

L’énorme responsabilité de la victoire finale est donc revenue à Rose Le Tendre pour le Paris Country Club et à Lucie Malchirand pour le Racing, au coude à coude dans leur match. 

«All square» après dix-huit trous, les deux joueuses ont partagé le premier trou de play off avec un birdie. Assez loin du drapeau sur le green du 2, Rose Le Tendre a putté en premier. A onze mètres du trou, elle a enquillé son putt pour le birdie. La jeune Racingwoman, de l’extérieur du green, n’a pas rentré le sien comme au trou précédent et a perdu ce match décisif.

Thelma Beck et Lou Vrain, ivres de joie, dans les bras de Rose Le Tendre.

Lou Vrain et Thelma Beck se sont alors jetées sur leur partenaire pour la serrer dans leurs bras et l’embrasser. La Montpelliéraine a éclaté en sanglots : «Quel soulagement, confie-t-elle, les yeux rougis par des larmes de joie. Je savais que tout reposait sur moi. A partir du 15, j’ai commencé à trembler. J’essayais de respirer le plus profondément possible pour contenir cette tension et ainsi rester calme. Le stress m’a abandonné au 19e trou car je suis assez forte sur les play-offs. J’ai préféré ne pas être accompagnée par mes partenaires sur les 19e et 20e trous pour éviter de me déconcentrer. Ça fait vraiment du bien de gagner.»

A quelques mètres d'elles, Lucie Malchirand, en pleurs, était consolée par son coach et par ses équipières venues l'encourager au cours du play-off. 

En remontant le fairway du 1, Rose Le Tendre a été congratulée par toutes les autres joueuses de son équipe, puis par son coach et sa capitaine.

Sylvain Raby savourait ce moment exceptionnel avec "ses" filles : «C’est trop bon, lance-t-il. Je suis hyper fier des filles. L’objectif de cette dernière journée était de prendre un point en foursome. Nous savions qu’en simple, nous avions une bonne carte à jouer. Au final, nous avons réussi à placer nos joueuses face à celles que nous espérions rencontrer. Rose a été fantastique en match play. Elle n’a jamais perdu un play-off de sa jeune carrière. Trois titres de champion d’affilée, c’est génial.»

Sous le coup de l’émotion, Séverine Thézier, la capitaine du PCC, avait du mal à trouver les mots pour exprimer sa joie : «Quelle journée, déclare-t-elle. C’était magnifique car elles sont allées chercher le titre. En demi-finale, l’équipe de Saint-Cloud nous avait usés. Mais, mes joueuses sont parvenues à trouver les ressources morales et physiques pour l’emporter. Toutes ces filles sont amies dans la vie et jouent les unes pour les autres.»

Demi-finaliste l’an dernier à Saint-Cloud, le RCF La Boulie a atteint la finale, cette année, la vingt-sixième de son histoire. Mais, elle ne s’est pas terminée comme toutes les «ciel et blanc» l’avaient espéré : «Face à des joueuses du PCC très déterminées, nous n’avons pas bien commencé puisque nous étions «down» dans quatre des cinq simples après cinq trous, commente Franck Lorenzo Vera. Derrière, il a fallu aller à la bagarre et ça n’a pas été évident de se remettre dedans. Bravo au Paris Country Club pour sa victoire. Un grand merci à Laurence Rozner, à mes joueuses et au club qui nous accorde les moyens nécessaires pour amener les filles à ce niveau-là.»

Laurence Rozner, la capitaine parisienne, n’a pas ajouté une Golfers’ Club de plus à son impressionnant palmarès. Vainqueur de l’édition 97 sur ce même parcours d’Hossegor, elle se souvenait que le dernier simple contre La Nivelle était revenu au RCF La Boulie au 21e trou. Cette fois, le titre leur a échappé sur le 20e : «Les filles n’ont rien à se reprocher, assure-t-elle. Elles ont tout donné. Le niveau de la compétition progresse chaque année et il faut être au-dessus pour s’imposer. Félicitations au PCC, à son coach et à sa capitaine. Bravo à Franck (Lorenzo Vera) avec lequel nous formons un bon binôme.»

Rendez-vous l’an prochain pour vivre d’aussi belles confrontations et émotions en compagnie des seize équipes de la Golfers’ Club.

Malchirand et Prévot restent invaincues en foursome

Lucie Malchirand et Evangeline Prévot ont remporté leurs trois foursomes cette semaine.

Associées dès les quarts de finale, Lucie Malchirand et Evangeline Prévot ont conservé leur invincibilité jusqu’au terme de la compétition. Opposées, en finale, à Lou Vrain et Thelma Beck, elles se sont imposées 1 up en ayant mené tout au long d’un match très accroché durant lequel l’écart n’a jamais excédé deux trous en faveur des Racingwomen.

Evangeline Prévot a enquillé un putt de six mètres au 1 pour le birdie et un autre plus court au 2 pour le par (2 up).

Sur le par 5 du 4, Thelma Beck a glissé un putt d’un peu moins de deux mètres pour le birdie, alors que celui de Lucie Malchirand a tourné autour du trou sans tomber. Lou Vrain en a rentré un de huit mètres au 5 pour le birdie et égaliser (AS) en lançant un puissant «yes». Un par au 7 a redonné l’avantage au PCC.

Sur le par 3 suivant, une mise en jeu «grattée» des joueuses du Paris Country Club a plongé dans un profond bunker. Retrouvant la balle pluggée, Thelma Beck ne l’a pas extraite du sable et Lou Vrain l’a expédiée dans les bambous derrière le green. Elles ont donné le trou à leurs adversaires (2 down).

Les deux équipes ont partagé le 9 avec un bogey. Un deuxième coup dans un bunker de green du 10 et une sortie très courte d’Evangeline Prévot a coûté le trou au Racing (1 up). Mais, un par au 11 leur a redonné deux trous d’écart.

Un superbe coup de fer 7 au 12 a permis à Thelma Beck de placer dans une situation idéale sa coéquipière qui a enquillé le putt pour l’eagle (1 down).

Un gros drive de Lucie Malchirand au départ du 13 a laissé un coup de 85m pour le drapeau à Evangeline Prévot qui l’a planté avec un 52° à 1,2m. Ce birdie a de nouveau porté l’écart à 2 up. Les deux paires ont partagé le 15 avec un birdie. Un putt pour le par mis par Thelma Beck au 16 a réduit le score (1 down).

Et, sur les deux derniers trous, le Racing et le PCC ont partagé avec des pars, sur le 18, le putt de Lou Vrain a touché le trou mais, sa balle n’a pas plongé au fond pour le birdie et une prolongation.

Pinthier et Martin se reprennent à temps 

Lilas Pinthier et Clémence Martin ont offert le premier point au PCC.

Dans le deuxième foursome, la tension palpable parmi les quatre joueuses a logiquement rendu le match long à se décider. En quatre derrière le green du 1, Joséphine Farrando et Alexandra Yschard manquaient le putt pour le par, concédant le trou. Déficit immédiatement rattrapé sur le par 3 du 2, avec un trois-putts des Parisiennes.

Situation inverse au 6, où la paire du RCF faisait trois putts de l’extérieur du green pour passer 1 down. Joséphine Farrando rentrait un birdie sur le 7 pour revenir all square, mais la série négative des Racingwomen au putting reprenait au trou suivant. Les ciel-et-blanches prenaient ensuite trois putts au 8 puis au 9, pour offrir l’avantage à Pinthier et Martin, 2 up.

La dynamique a fini par retrouver le camp du Racing au début du retour. Farrando et Yschard remportaient le 10, les Parisiennes se retrouvant en deux derrière le green et loupant le putt pour le par après l’approche. Après deux trous partagés, sur le par 4 du 13, Lilas Pinthier loupait son coup de wedge vers le green, et les Parisiennes ne parvenaient pas à sauver le par.

All square au départ du 14, le match a commencé à rebasculer dans le camp parisien au 15, sous les coups de putter de Lilas Pinthier, qui rentrait un birdie fondamental pour passer 1 up. La chose s’était pourtant mal engagée, après un drive de Clémence Martin nettement appuyé à gauche. Mais Lilas Pinthier est parvenue à mettre son coup d’hybride tendu à une trentaine de mètres du green, mettant sa partenaire en bonne position pour son coup de wedge.

Le match est arrivé dans cette configuration au départ du 17. Démontrant aux suiveurs de la partie qu’âge et maturité sont deux choses bien distinctes, Clémence Martin a alors remis son fer 5 dans son sac après quelques coups d’essai, le troquant pour son fer 6. « Je ne sentais pas mon fer 5, il n’y avait pas tant de vent contre que ça », commente-t-elle a posteriori. Bien lui en a pris, puisque son coup a terminé à hauteur du mât, offrant le birdie vainqueur sur un plateau à Lilas Pinthier. Victoire 2&1, égalisation du PCC.

« On s’est bien battues, confie Clémence Martin en rentrant au club-house. On a fait ce qu’il fallait pour terminer le match. » « Quand j’ai rentré mon putt du 15, j’étais très contente de moi, ajoute Lilas Pinthier. On a eu un passage difficile entre le 12 et le 14, mais on s’est bien reprises, et on a déroulé. »

Lou Vrain à sens unique

Lou Vrain n'a pas fait de détails face à Evangeline Prévot.

Le deuxième simple de cette finale voyait s’affronter deux jeunes joueuses d’expérience. D’un côté, Evangeline Prévot pour le RCF La Boulie, déjà vainqueur de son foursome le matin aux cotés de Lucie Malchirand. De l’autre, Lou Vrain du Paris Country Club, défaite dans son foursome du matin, et qui avait apporté le point décisif à son équipe lors de l’édition 2017.

Bien briefé par son coach Sylvain Raby, la joueuse parisienne connaissait son plan : « Il m’avait dit qu’il fallait que je déroule mon jeu, que j’ai les crocs et que je donne tout pour gagner. »

Si les deux adversaires faisaient jeu égal lors des trois premiers trous, la partie basculait rapidement sur le 4, où Lou Vrain réalisait une superbe sortie de bunker « donné » pour birdie. Elle mettait ainsi un premier coup au moral de la joueuse ciel et blanc.

« J’étais un petit peu tendu au départ, mais je suis bien rentré dans le match. Mais après sa sortie de bunker au 4, ça a commencé à être plus compliqué. Ensuite, je lui ai un peu donné les trous 5 et 6, analysait Evangeline Prévot. Mon chipping et mon putting n’ont pas été à la hauteur aujourd’hui. Je suis très déçue. »

Lou Vrain remportait dans la foulée les trous 8, 10 et 11 pour pointer à 6up au départ du 12e trou, et ne laisser que très peu de répit à la Racingwomen. « J’ai très bien joué, j’ai raté très peu de coups, réagissait Lou Vrain après la partie. Tout mon jeu était bien en place, je suis très contente de ma prestation. »

Le match se concluait finalement sur le treizième trou, après un ultime Par des deux joueuses, synonyme de victoire 6&5 pour la gauchère. La golfeuse du Paris Country Club ramenait alors le premier point des simples à son équipe, qui passait devant dans cette finale : 2-1.

Lilas Pinthier, solidité à toute épreuve 

Lilas Pinthier a brillé par sa solidité contre Mathilde Claisse.

Un des gros duels de l’après-midi opposait Mathilde Claisse (RCF) à Lilas Pinthier (PCC). La jeune Parisienne (14 ans) s’imposait avec maîtrise sur la Racingwoman, diminuée par un genou fragile. Toujours sur une jambe, elle répondait au premier birdie du 1 de Pinthier en l’imitant sur le par 3 du 2. Le ton était donné. 

La joueuse du PCC reprenait l’avantage au 5 en enquillant un nouveau birdie alors que Claisse avait sauvé un par en rentrant également un long putt. À partir de là, Pinthier serrait le jeu et ne manquait plus grand-chose… 

Elle profitait de l’erreur de Claisse au 8, courte dans le bunker et enchaînant avec une sortie bien trop longue, pour passer 2 up. La championne de France benjamine l’enfonçait au 9 en plantant le mât pour passer le virage avec trois longueurs d’avance. 

Son putting lui permettait de maintenir cet écart. La plus petite des orange faisait preuve d’une grande maîtrise et d’un calme rare au vu de l’enjeu. « J’ai bien putté dans les moments importants », soulignait-elle.

Elle partageait le 11 en sauvant le par sur un putt de trois mètres en descente puis accélérait encore au 12 en concrétisant un birdie malgré sa mise en jeu l’obligeant à un recentrage (4 up).

La Suresnoise bouclait sa parfaite partition au 14 (quatre birdies contre un bogey, victoire 5 & 4). Elle rapportait ce mardi deux points déterminants à son équipe (victoire en double et en simple). « Je suis très contente et très fière pour mon équipe », se réjouissait-elle.

Alexandra Yschard relance la Boulie

Alexandra Yschard a gagné le premier simple de La Boulie.

Opposées en foursome dans la matinée, Alexandra Yschard et Clémence Martin se retrouvaient dans le quatrième simple de l’après-midi. Une partie entamée pied au plancher par la joueuse du Paris Country Club. Dans le rough à gauche du green au 1, Martin réalisait un chip-putt parfait pour birdie sur ce Par 5, et prenait tout de suite les commandes.

Parti fort, le match n’allait pourtant pas décoller, les deux joueuses manquant à tour de rôle l’occasion de faire la différence. Après sept trous partagés consécutivement, pour autant de pars, Yschard recollait finalement au 9. Souvent courte au putting sur les trous précédents, la joueuse de la Boulie trouvait enfin la vitesse idéale avec un putt à 4 mètres rentré pour birdie.

Squares à mi-parcours, les deux joueuses poursuivaient leur sans-faute sur le retour. Après avoir manqué l’occasion de passer devant au 12 – putt pour eagle manqué et birdie pour les deux joueuses – Yschard le regrettait dès le 13 où sa sortie de bunker trop courte offrait le trou à Martin. Mais la joueuse de 18 ans égalisait avec un joli birdie au 15. Avant de s’envoler sur deux erreurs de son adversaire : un premier bogey concédé au 16 après avoir joué un chip compliqué un pied dans un bunker, puis un second au 17 après un nouveau chip manqué.

Vainqueur 2&1 de son match, Alexandra Yschard permettait à la Boulie, alors menée 3-1 d’enregistrer son deuxième point de la journée et de rester en vie dans cette finale.

Joséphine Farrando égalise

Joséphine Farrando est bien remontée après trois premiers trous compliqués.

Dans le dernier match en simple, Joséphine Farrando a concédé le 2 face à Elsa Ettori-Douard en manquant son approche, alors qu’elle était restée courte du green de ce par 4.

Mais elle se reprenait au par 5 du 4, en rentrant un birdie pour revenir square. Au par 4 du 6, son trois-putts depuis la frange derrière le green a bien semblé offrir le partage du trou à la Parisienne, qui avait été obligée de jouer son deuxième coup les pieds dans le bunker et la balle en dehors. Seulement, Ettori-Douard, en trois sur le green, a également pris trois putts, et la Racingwoman virait en tête, 1 up.

Elle accentuait cet avantage en rentrant un birdie à 6 m au 7. Il s’en est fallu d’un chip-putt au 8 puis d’une sortie de bunker-putt au 9 de la part d’Elsa Ettori-Douard pour que l’avance ciel-et-blanche n’enfle pas… ce qu’elle a tout de même fini par faire au 10, sur un trois-putts de la joueuse du PCC.

Cette dernière ne s’est pas laissé faire pour autant, avec deux eagles au 12 puis au 15, lui permettant de glaner ces deux trous face aux birdies de son adversaire. Mais Joséphine Farrando rentrait un autre birdie au 16, pour reprendre une avance définitive. Le partage du 17 lui apportait alors la victoire 2&1, remettant les équipes à égalité, 3-3.

Cinq birdies et un eagle pour Rose Le Tendre

Comme en dem-finale face à Saint-Cloud, Rose Le Tendre a apporté le point décisif sur une ficelle.

Le premier simple entre Rose Le Tendre et Lucie Malchirand a donné lieu à une magnifique confrontation entre deux jeunes filles pétries de talent et très puissantes. Le nombre de leurs birdies (9) et de leurs eagles (2) illustrent parfaitement le niveau de jeu pratiqué tout au long de leur simple qui, au fur et à mesure du déroulement de la journée, allait devenir décisif pour le gain du titre.

Lucie Malchirand a commencé très fort en rentrant un putt de huit mètres pour l’eagle au 1. Elle a profité d’un «trois putts» de son adversaire au 2 pour mener 2 up. Mais, Rose Le Tendre a réagi tout de suite en déposant un coup de pitch à 1,2m du drapeau au 3 et en glissant le putt pour le birdie (1 down). Sur le par 5 du 4, un splendide coup d’hybride l’a mise en position d’eagle qu’elle a réussi pour revenir «square».

La Racingwoman a répliqué par un birdie au 5 (1 up) mais, elle a perdu le trou d’après à cause d’un «trois putts» (AS). Un beau coup de fer 6 de Rose Le Tendre sur le par 3 du 8 lui a offert une opportunité de birdie qu’elle a convertie (1 up).

Sur le 9, Lucie Malchirand a laissé échapper une occasion d’égaliser en prenant trois putts. Un nouveau coup de pitch au drapeau de la Montpelliéraine au 11 a porté son avance à deux trous (2 up). Franck Lorenzo Vera a rejoint sa joueuse au 12 et lui a évité une défaite imminente car elle semblait épuisée et démoralisée.

Sous les arbres de droite, la joueuse du PCC, conseillée par son coach, a exécuté un merveilleux coup de fer 7 en slice qui a fini à sept mètres du mât de ce par 5. Son birdie l’a remise à une longueur (1 down). Elle a bénéficié d’un nouveau «trois putts» de Rose Le Tendre au 13 pour revenir à sa hauteur (AS).

En deux dans chacun des bunkers du par 5 du 15, c’est la joueuse du PCC qui en est sortie avec un nouvel avantage (1 up) grâce à un par.

Toujours mené (1 down)  au départ du 18, Lucie Malchirand n’a eu d’autre solution que d’expédier un énorme drive. Un coup de 58° à un mètre du trou suivi d’un putt a autorisé la Varoise à poursuivre le match.

Rose Le Tendre, en deux sur le green du par 5 du 1, a putté pour l’eagle mais, sa balle s’est immobilisée à quelques centimètres du trou. Une fois encore dos au mur, la joueuse du Paris Country Club n’a pas tremblé pour enquiller un putt de trois mètres pour égaliser.

Au 2, les mises en jeu de Rose Le Tendre et de Lucie Malchirand ont pitché à onze et neuf mètres du drapeau. La Montpelliéraine a putté en premier et mis ce putt.

Pour la troisième fois en trois trous, la Racingwoman était condamnée à l’exploit. Mais, cette fois, son putt est passé à côté du trou scellant le sort de la rencontre.


Par La rédaction
8 mai 2018