Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Trophée Esmond : une fenêtre sur le futur

Trophée Esmond : une fenêtre sur le futur

Les Internationaux de France U21 ont servi de tremplin à de nombreuses joueuses vers une carrière professionnelle riche en succès. La preuve avec quelques chiffres.

De nombreuses futures grandes du golf mondial sont venues contempler la Tour Eiffel, à Saint-Cloud, lors de la Esmond. Alexis Orloff / ffgolf
14-18
avril
INTERNATIONAUX DE FRANCE U21 FILLES TROPHÉE ESMOND, TROPHÉE CLAUDE-ROGER CARTIER ET COUPE VILMORIN
LIEU : GOLF DE SAINT CLOUD, France
CATÉGORIE : U21

14

Entre 2000 et 2015 inclues, 14 joueuses ont remporté la Esmond, avant de devenir plus tard joueuses sur le Ladies European Tour (LET), sur 15 joueuses s’étant imposées au total. Et encore, la seule exception est celle de l’Italienne Virginia Elena Carta, pour la bonne et simple raison qu’elle n’est pas encore passée professionnelle. Elle compte néanmoins dans sa carrière amateur un titre national universitaire américain en 2016 avec Duke, et une victoire au Trophée Cécile de Rothschild, en 2019.

De ces 14 joueuses, cinq ont décroché au moins une victoire sur le LET. C’est notamment le cas de Karine Icher, la Française, qui s’était imposée à Saint-Cloud en 2000.

11

Parmi ces 15 mêmes joueuses, 11 ont rejoint les rangs du LPGA Tour durant leur carrière, et quatre s’y sont imposées. Évidemment, Céline Boutier entre dans cette catégorie : avant d’entamer une carrière professionnelle l’ayant déjà menée deux fois à la victoire sur le grand circuit nord-américain, l’actuelle n°1 française avait soulevé le Trophée Esmond en 2012.

11

Lucie Malchirand, dernière Française lauréate, en 2019.

Le nombre de Françaises qui se sont imposées à Saint-Cloud, depuis 1959 et l’introduction de la formule avec phase finale en match play. Bien entendu, des noms référencés figurent dans cette liste : Catherine Lacoste, Marie-Laure de Lorenzi, Sandrine Mendiburu, Marine Monnet, Lucie Malchirand, pour ne citer qu’elles.

3

Le record de victoires françaises, de victoires consécutives… et de victoires tout court depuis 1959. Un triplé signé en 1959, 1960 et 1961 par Brigitte Varangot, autre grand nom du golf français, qui a notamment participé à la victoire des Tricolores au Championnat du monde par équipes en 1964.

17

Le rang de la joueuse la mieux classée au classement mondial amateur, en l’occurrence la Suédoise Meja Örtengren. Un chiffre qui est, heureuse coïncidence, également son âge. Ainsi que celui de la Danoise Amalie Leth-Nissen, la deuxième mieux classée de la semaine (23e). Et de la troisième, l’Italienne Francesca Fiorellini, tenante du titre (46e). Et de la 4e, l’Allemande Helen Briem (74e). Autrement dit, pour ce qui est de trouver un panorama des futurs visages du golf européen, la Esmond est l’une des plus belles vitrines.


Par William LECOQ
14 avril 2022