Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Championnat de France par équipes messieurs : renversant Palmola !

Championnat de France par équipes messieurs : renversant Palmola !

L’équipe locale du Golf Club de Campagne a été battue en quart de finale, ce vendredi, par Palmola, qui avait terminé huitième de la qualification. Terre Blanche, Cannes-Mougins et Biarritz sont les trois autres clubs qualifiés dans le dernier carré.

29 sept.
3 oct.
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES MESSIEURS 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOUNOUILHOU
LIEU : GOLF CLUB DE CAMPAGNE, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Campagne battu

Existe-t-il seulement une journée de phase finale de Gounouilhou qui ne soit pas totalement folle ? Une journée où tout se déroule comme prévu, où toutes les logiques sportives découlant des jours précédents sont respectées, où premiers et seconds restent bien sagement dans leur couloir ? Le doute est sérieusement permis ce vendredi soir, alors que le huitième de la qualification, Palmola, a éliminé le premier et hôte de cette Gounouilhou nîmoise, le Golf Club de Campagne.

Quelques putts loupés en fin de partie ont coûté très cher aux joueurs de Campagne.

Dix-sept coups séparaient les deux clubs après deux jours. Dix-sept coups qui, en 24 heures, se sont transformés en un brutal coup d’arrêt pour les Nîmois, et des espoirs d’aller encore plus loin pour les Toulousains. Comme dans trois des quatre quarts de finale, des foursomes partagés le matin ont tout fait reposer sur les cinq simples de l’après-midi. Et même le début de cette deuxième session de jeu n’a pas donné d’indication, si ce n’est celle que la rencontre allait livrer son verdict au dernier moment.

Palmola n’a pu réellement débloquer la situation qu’aux alentours du 15, où Quentin Da Costa, dans le troisième simple, prenait l’avantage sur Charles Willame, puis l’accentuait jusqu’à gagner, 2&1. Alors que leur marge d’erreur était alors réduite à zéro, les Nîmois ont connu deux mésaventures coûteuses, et finalement fatales : un trois-putts de Nicolas Muller sur le green du 18, qui permettait à Miguel Marquez Carrasco de remporter un troisième point 1 up ; puis, quelques secondes plus tard, un autre trois-putts de Thibault Vergnet, sur le 19e green de son match face à Arthur Tissendie.

Deux putts loupés synonymes d’amère défaite pour les uns, et de joie intense pour les autres. « Avant le match, on s’est dit que c’était une autre compétition qui démarrait, confie Miguel Marquez Carrasco. On sait que le match play, c’est particulier, il n’y a plus de classement, il faut jouer avec ses tripes. On s’est tous soutenus, et on a réussi à faire l’exploit. »

Terre Blanche solide

Poing serré, Camille Bordone apporte le point décisif à Terre Blanche.

Palmola enchaîne les gros morceaux. Après avoir joué contre une tête de série n°1 à domicile, les joueurs de Karine Mathiot ont rendez-vous avec le champion en titre, samedi en demi-finale. Face à une équipe d’Amiens en grande forme depuis le début de cette Gounouilhou 2021, les joueurs de Terre Blanche ont livré un match empreint du sérieux nécessaire pour poursuivre leur marche vers un doublé.

Après une matinée conclue sur un score de parité, Paul Margolis et Martin Couvra, dans les deux premiers simples, ont mis un gros coup d’accélérateur en faveur du club varois. Les deux compères du groupe France 2022 ont disposé respectivement de Théo Idée (4&3) et de Nicolas Gros (6&4). Les efforts conjugués de Ian de la Royère (3&2 contre Carl Bertrand) et Charles Larcelet (3&2 sur Paul Beauvy) n’ont pas suffi : un temps rattrapé au score par Edouard Hourdin, Camille Bordone a réussi à se détacher de nouveau en fin de partie, pour aller glaner le point de la victoire, 3&2.

Biarritz retrouve des couleurs

Après une qualification conclue à la 7e place, les joueurs de Biarritz étaient dans l’obligation de retrouver des standards plus élevés, au moment d’affronter Bordeaux-Lac. Là encore, seuls les simples ont décidé du sort de la rencontre. La focale s’est même très vite resserrée sur l’un d’entre eux : celui entre Antoine Auboin côté basque et Théo Lavergne côté girondin. En effet, après les victoires nettes de Marc Sabria sur Tom Cordonnier (6&5), de Nicolas Calvet sur Aubin Lacaze (4&3) et de Nathan Trey sur Ilan Dufrenoy (3&2), il ne manquait qu’un point aux Biarrots pour poursuivre leur route.

Face à Aubin Lacaze, Nicolas Calvet a apporté un point précieux aux Biarrots.

Au terme d’un match intense, Antoine Auboin l’emportait finalement sur le 19e trou, qualifiant du même coup Biarritz pour le dernier carré. « Ça a été un match très serré, on a très bien joué tous les deux, livre le joueur basque. Je me suis arraché du début jusqu’à la fin pour essayer de ramener ce point. Il y a toujours une pression, on se dit que si on ne ramène pas ce point-là, ça peut être celui qui ne nous qualifie pas. Donc forcément, je suis très content. »

Cannes marche toujours

Des quatre premières équipes de la qualification, seule Cannes-Mougins a pu se qualifier en demi-finale. Tout le paradoxe étant que les Cannois ont dû, pour cela, livrer le scénario le plus renversant de la journée. En effet, son adversaire Raray a tiré le maximum de la fraternité unissant ses joueurs le matin, empochant les deux foursomes.

Mathieu Montagne s'est montré solide jusqu'au bout pour qualifier Cannes-Mougins.

Les demi-finalistes de l’an dernier devaient donc impérativement remporter quatre des cinq simples de l’après-midi. Mais ils n’ont pas attendu plus loin que les premiers trous pour montrer qu’ils en seraient capables. Dans le match de tête, Toméo Tissot ne faisait pas de détail face à Damien Boyer, en s’imposant 7&6. Les victoires 3&2 de Quentin d’Ursel face à Charles-Édouard Lewal, puis d’Armand Papaziani sur Oscar Elfvin, ont rapproché le club azuréen de la qualification.

Raray a néanmoins conservé ses chances jusqu’au bout. Profitant d’un trois-putts de Tom Vaillant sur le 18, Dewi Merckx, qui avait gratté sa mise en jeu mais l’avait rattrapée avec une attaque de green splendide, parvenait à envoyer le match en prolongation. Derrière, Adrien Bonnet, 1 down face à Mathieu Montagne, a eu une dernière opportunité de rentrer un chip court sur le 18 pour garder le suspense vivant. Au bout de la résistance, Raray devait finalement s’incliner.

« Je pense qu’on a une équipe capable d’aller au bout, analyse le capitaine cannois Quentin d’Ursel. Les joueurs sont bien préparés, ils ont le bon état d’esprit. Ils gèrent bien leurs simples. En doubles, on n’a pas encore trouvé les paires expérimentées. On a des joueurs qui partent, qui arrivent, il faut qu’on recrée des paires chaque année… mais bon, on trouvera des bonnes paires en demi-finale. »

La suite

Des demi-finales qui verront ce samedi Palmola affronter Terre Blanche, tandis que Cannes-Mougins sera opposé à Biarritz. La dernière fois que les routes de ces deux clubs s’étaient croisées en Gounouilhou, c’était déjà en demi-finale, c’était en 2018 au Prieuré, et il s’était (entre autres) passé ça :


Par William LECOQ, à Nîmes
1 octobre 2021