Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Trophée Golfers’ Club : Mionnay, le GCL, le Bordelais et Saint-Nom se maintiennent

Trophée Golfers’ Club : Mionnay, le GCL, le Bordelais et Saint-Nom se maintiennent

Opposés respectivement à Lyon Salvagny et Amiens, Mionnay et le Bordelais se sont imposés in extremis dans leurs rencontres de barrages. Face à Fontainebleau et au Prieuré, le Golf Club de Lyon et Saint-Nom-la-Bretèche ont également conservé leur place dans l’élite.

Tsara Ralamboarison et le Golf Club de Lyon n'ont pas tremblé face à Fontainebleau. Alexis Orloff / ffgolf
25-29
mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES DAMES 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOLFERS' CLUB
LIEU : GOLF CLUB DE LYON, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le Bordelais revient de loin

Au troisième jour de cette Golfers’ 2022, les équipes de la deuxième moitié de tableau devaient défendre leur place dans l’élite, au cours d’une rencontre de barrage. La mission a été accomplie pour le Bordelais, opposé à Amiens.

Dans une rencontre très serrée, Lisa Stievenard a délivré les Bordelaises. (Alexis Orloff / ffgolf)

Pourtant, aux deux tiers du tracé, le scénario qui se décidait était inverse. Certes, Charlotte Bunel avait inscrit un premier point pour les Girondines, en s’imposant 5&4 sur Lucile Parola. Mais Amiens a tout d’abord égalisé, avec la victoire d’Alix Sanner-Huon et Emilie Remond dans le foursome de tête, 3&2 sur Eléonore Chambrin et Alessandra Oddos. Puis les Picardes sont passées devant, grâce au succès de Romane Hiot sur Clémence Loengten, 2 up.

Les Bordelaises ont alors choisi ce moment pour faire basculer la rencontre. Mal embarquée face à Mahina Leveau, Chloé Pesquer a remporté les trois derniers trous, pour s’imposer 1 up. Dans le dernier simple, alors devenu décisif, Lisa Stievenard s’est présentée 1 up sur le départ du 18 face à Lola-Marie Petit, et a assuré un bon par pour s’imposer.

« Un gros soulagement, souffle la capitaine Eléonore Chambrin. Les matches étaient très serrés, le 18 nous a bien récompensées. On est très contentes, surtout qu’on venait tout juste de remonter en Golfers’. On a une équipe très soudée, on s’entend très bien, et donc on a hâte de remettre ça l’année prochaine. »

Mionnay gagne le duel lyonnais

Le suspense a été encore plus long et soutenu entre Mionnay et Lyon Salvagny. Dans ce duel fratricide du bassin lyonnais, la Tour a rapidement marqué deux points en empochant le foursome de tête, 3&2, puis par la victoire de Marie Larretche sur Lisa-Marie Pagliano, 6&4. Mais Mionnay a répliqué par les succès d’Anaëlle Kirscht, 5&4 face à Julie Sebire, et de Lucie Charbonnier, même score face à Elise Lacoupelle dans le dernier simple.

Alice Putoud pour Mionnay et Marie Bachelet pour Salvagny se retrouvaient ainsi à disputer le match décisif. La première a loupé un petit putt très important sur le 17, mettant le match à égalité au départ du 18. Ce dernier par 5 a d’abord posé des difficultés à Marie Bachelet, égarée à droite sur sa mise en jeu, et ne pouvant attaquer le green qu’en quatre. Alice Putoud, de son côté, trouvait l’eau sur son troisième coup, mais son approche lui permettait d’assurer un bogey, et d’envoyer le match en prolongation.

Sur le trou n°1, Salvagny se trouvait une nouvelle fois en difficulté, avec un deuxième coup embarqué à gauche obligeant Marie Larretche à concéder un bogey. Le par suffisait ainsi à Alice Putoud pour assurer le maintien de Mionnay.

« Soulagée, c’est certain, livrait la capitaine de Mionnay François Dussous, très émue, à l’issue de la rencontre. En stroke, on n’a pas été à la hauteur des ambitions des filles. Mais on a une équipe très jeune, avec peu d’expérience. Les matches face à la Tour de Salvagny, c’est toujours compliqué, on se connaît, on s’apprécie. On savait que ça allait être des beaux matches. La Golfers’, c’est à part. C’est magique. »

Saint-Nom n’a pas tremblé

Benjamine de l'équipe de Saint-Nom, Emma Alard a apporté le point décisif à son club. (Alexis Orloff / ffgolf)

La magie de la Goflers’ durera au minimum un an de plus pour Saint-Nom-la-Bretèche, qui s’est imposé 3-2 face au Prieuré. Lauren Thompstone et la capitaine Constance Frayssineau ont mis les tenantes du titre sur les bons rails, en gagnant le foursome de tête, 2&1 face à Kenza Mellul et Margaux Gerbet. Camille Fallay-Massonneau a doublé la mise, avec une victoire 2&1 sur Bérénice Nizet dans le premier simple.

Mais le Prieuré ne s’est pas laissé faire pour autant : victoire de Carlotta Locatelli, 3&2 sur Lou Rousselot, puis de Clara Zavarise, 2&1 contre Charlotte Ménager. Pas de quoi trembler pour les Nonnais-Bretechoises : dans le dernier match, la benjamine de l’équipe Emma Alard se montrait solide, en disposant de Pauline Collenot, 3&2.

« Le boulot est fait pour aujourd’hui, sourit Constance Frayssineau. Clairement, ce n’était pas la situation dans laquelle on voulait être, on a eu des matches difficiles, mais on s’est données à fond, et on a fait le boulot. On a notre maintien, et c’était l’objectif. On avait envie de revenir l’année prochaine, on a l’avantage d’avoir une équipe où on joue toutes ensemble, bien soudées. On a envie de continuer. »

Le Golf Club de Lyon en toute logique

Enfin, dans la quatrième et dernière rencontre de barrage, l’hôte du Golf Club de Lyon, frustré d’une 9e place en qualification, jouait son maintien face à Fontainebleau. Un maintien obtenu grâce aux victoires d’Ariane Klotz, 8&6 sur Prune Junguenet, Sara Brentcheneff, 4&3 face à Marjorie Ta Laffont, et Tsara Ralamboarison, 4&3 contre Ashley Stevenson. Certes, Margaux Bréjo a marqué un point pour Fontainebleau, en gagnant face à Claire Dubois, 4&2. Mais au final, les Lyonnaises n’ont pas eu de problème à garder leur place dans l’élite.

« On était confiantes, confie la capitaine lyonnaise Bénédicte Kerviel. Mais on sait que ce genre de match, il faut toujours le prendre avec des pincettes. Les joueuses ont bien joué, bien défendu leur niveau. Maintenant, on veut se venger l’année prochaine, et revenir dans le top 8. Jouer une Goflers’ à la maison, ce n’est pas évident. C’est super, parce qu’on a beaucoup de supporters, mais c’est une pression supplémentaire à gérer. Mais les filles apprennent, et puis l’année prochaine, on sera contentes de jouer. »


Par William LECOQ, à Villette-d'Anthon
27 mai 2022