Accueil / Actus / Mondiaux 2022 / Équipe de France / Mondiaux 2022 : Gwladys Nocera auprès des "Américaines"

Mondiaux 2022 : Gwladys Nocera auprès des "Américaines"

La responsable du collectif dames et girls était en Arizona, la semaine dernière, pour observer quatre joueuses de son groupe lors d’un tournoi universitaire. Une manière de garder un lien fort, malgré la distance.

Adéla Cernousek, Loïs Lau, Gala Dumez et Clémence Martin (de gauche à droite) encadrent Gwladys Nocera, en fin de semaine dernière en Arizona. ffgolf

Aucune des quatre ne portait le même maillot sur le terrain. Pourtant, toutes se sont senties membres du même clan, aidées en cela par la présence de leur sélectionneuse sur le bord du terrain. Clémence Martin, Loïs Lau, Adéla Cernousek et Gala Dumez participaient toutes, de vendredi à dimanche, au Mountain View Collegiate, tournoi universitaire de saison régulière organisé dans l’Arizona. Un regroupement géographique dont a pu profiter Gwladys Nocera pour leur rendre visite et les observer, tant lors des parties de reconnaissance que des tours de jeu. L’ancienne joueuse du tour devait même être accompagnée de Marine Monnet-Melocco, si le covid ne s’en était mêlé.

« Une belle image des Françaises aux États-Unis »

« C’était vraiment très intéressant de pouvoir les voir évoluer dans leur milieu américain, réagit Gwladys Nocera à l’issue de son escapade outre-Atlantique. Là-bas, elles fonctionnent en équipe toute l’année. Nous, on ne les a en équipe qu’une semaine par an, deux au maximum avec les Championnats du monde. Du coup, on n’a pas la même perception du travail d’équipe qu’elles font aux États-Unis. »

Bénéfice aussi évident qu’immédiat de cette visite : une vue directe sur le jeu des quatre joueuses, et sur leur évolution, un peu plus de deux mois après le stage qui avait regroupé tout le collectif à Moliets. Cela sans avoir à attendre la fin du printemps et leur retour en Europe. « Ça joue très bien, ça swingue très bien, acquiesce Gwladys Nocera. Les quatre joueuses travaillent beaucoup, c’est très sérieux. Elles montrent une belle image des Françaises au États-Unis. » Un sérieux qui s’est particulièrement manifesté dans la troisième place en individuel de Gala Dumez, par ailleurs victorieuse avec son équipe de Texas Tech.

Autre avantage : faire sentir un soutien, tout simplement. « Qu’elle veuille venir, ça montre qu’elle ne nous oublie pas au fin fond des US, sourit Gala Dumez. Ça fait une présence. Je sais que j’avais des points précis à améliorer, je travaille encore dessus, mais je sens que c’est mieux. Ça m’intéresse de savoir ce qu’elle en pense. » La Bordelaise relève aussi les bienfaits des mots d’encouragement glissés depuis le bord du parcours par Gwladys Nocera, dimanche lors du dernier tour.

Une manière différente de procéder

Car là résidait malgré tout la particularité de cette visite : le Mountain View Collegiate restant avant tout un tournoi universitaire, la coach des Bleues devait rester dans un rôle d’observation. Elle a pu ainsi constater des différences avec la manière de travailler au sein du collectif tricolore. Ainsi, à TCU, la fac de Loïs Lau, les parties de reconnaissance se jouent à six joueuses, et en voiturette. D’une manière générale, les coaches américains interviennent très peu sur les aspects purement techniques, soit de leur propre fait, soit par choix des joueuses.

En revanche, ils s’impliquent de manière poussée sur la stratégie, donnant les distances et les lignes de jeu. « Les assistants font un peu office de caddies, constate Gwladys Nocera. C’est assez différent de ce que nous faisons, car de notre côté, nous essayons de les rendre les plus autonomes possible. Ce qui importe pour moi, c’est de voir ces différences : quelles sont les choses que l’on peut inclure dans notre système, et quelles sont les choses qui ne nous conviennent pas. »

Citant l’exemple des Mondiaux 2022, fin août au Golf National et à Saint-Nom-la-Bretèche, la coach française en est convaincue : les carnets de parcours devront être prêts en amont, afin de libérer les joueuses de cette tâche lors des deux jours de reconnaissance avant le tournoi. « Pendant le championnat en lui-même, je pense qu’il faut qu’on soit beaucoup plus présents pour aider les joueuses sur les choix de coups et de clubs. C’est la sensation que j’ai aujourd’hui. » 


Par William LECOQ
23 mars 2022