Accueil / Actus / Pro / Challenge Tour / Ugo Coussaud : « Je vais dans la bonne direction »

Ugo Coussaud : « Je vais dans la bonne direction »

Parmi les quelque 50 Français en lice cette semaine au Blot Open de Bretagne, l'Angoumoisin, auteur de son meilleur résultat en carrière sur le Challenge Tour il y a 15 jours en République tchèque, est l'un des joueurs en forme du moment.

Ugo Coussaud
L'Angoumoisin va prendre part à son 4e Blot Open de Bretagne. Johannes Simon / Getty Images Europe - AFP
23-26
juin
BLOT OPEN DE BRETAGNE
LIEU : Golf Bluegreen de Pléneuf-Val-André, France
CIRCUIT : Challenge Tour

Comment avez-vous vécu le dernier tour du D+D Real Czech Challenge et ce play-off perdu face au Danois Nicolai Kristensen ?
J'ai fait un super début de partie (trois birdies sur les cinq premiers trous, ndlr), celui que tu veux faire quand tu es en tête. Nicolai a démarré plus doucement mais il s'est bien accroché. Sur le retour, qui était plus difficile à scorer comme tout au long de la semaine, tout en jouant correctement je n'ai pas réussi à refaire des birdies. J'ai plutôt été solide mais je n'ai pas rentré les quelques occasions que j'ai eues, alors que Nicolai a fait une super partie du début à la fin. Je me dis qu'il l'a gagné, ce tournoi, car j'ai fait une bonne partie, je n'ai rien donné, j'ai joué -2, je n'ai pas grand-chose à me reprocher... Après, en play-off, il rentre le putt de 6 m que je n'ai pas mis au 72e trou pour gagner, exactement sur la même ligne, donc voilà, bravo à lui... Ça a été un peu vite, et je n'ai pas trop eu le temps d'être déçu. Avec le recul, le sentiment sur l'ensemble de la semaine est très positif : c'est un super résultat et un super tournoi en termes de niveau de jeu.

Par rapport aux tournois précédents, vos scores étaient en effet nettement meilleurs. Comment l'expliquez-vous ?
Il n'y a pas forcément une énorme différence de niveau de jeu, ça vient sans doute plutôt des conditions dans lesquelles on a joué. En République tchèque, il n'y avait pas beaucoup de vent, alors que sur les tournois européens qu'on a joués juste avant, en Espagne et en Écosse, il y avait à chaque fois deux ou trois clubs d'écart par rapport à la normale à cause du vent. Je joue bien depuis le début de l'année, mais ça ne tourne pas toujours dans mon sens, et je ne putte pas très bien. Mais je sens que ça revient. Et là en République tchèque, le tracé convenait assez bien à mon jeu : c'était long donc il fallait être bon sur les mises en jeu, il fallait se mettre du bon côté, placer la balle. C'est un secteur dans lequel je suis plutôt à l'aise en général, et j'ai réussi à le faire toute la semaine. Et avec une réussite globale plus élevée que sur les autres tournois, puisque j'ai rentré un coup de wedge de 55 m pour eagle le vendredi, et j'ai réussi mon premier trou-en-un le lendemain.

Quelles émotions ce trou-en-un vous a-t-il procuré ?
Je n'ai rien vu, tout simplement ! J'étais entre deux clubs donc j'ai pris le plus court, car en étant trop long j'aurais pu me retrouver en difficulté derrière le green. Et j'ai tapé un coup un peu fort en draw, et même avec ça je pensais qu'elle allait être courte. Mais elle a fait la distance et fini dans la boîte ! Sur le moment je n'ai rien vu puisqu'il y avait des bunkers devant dans la ligne, et comme il n'y avait pas grand-monde il n'y a pas eu de bruit. Le caméraman m'a fait des signes de loin m'a-t-on dit, mais après avoir tapé mon coup je ne l'ai pas vu, je suis resté dans mon truc. C'est en arrivant près du green que j'ai fini par comprendre ! Franchement, j'étais super heureux mais je n'ai pas eu trop d'émotions. J'étais super bien parti et j'étais bien concentré sur mon jeu, donc je n'ai pas explosé de joie dans ma tête. J'ai essayé de rester bien concentré et de faire le taf sur les trous suivants, et derrière j'ai réussi à sauver un super par, et un birdie sur le trou d'après, donc je suis resté sur cette bonne dynamique, en me concentrant sur mon process. Et le lendemain, j'ai mis 4 ou 5 m sur le même trou pour birdie après un super coup plein axe...

Cette 2e place vous a installé dans le top 20 de la Road to Mallorca (19e au 20 juin, ndlr). Peut-on dire que votre saison est enfin lancée ?
Exactement ! C'est ce qui me manquait depuis le début de l'année : un vrai bon tournoi du début à la fin, un gros résultat. Je jouais pas mal mais ça ne tournait pas forcément dans le bon sens, donc là j'étais content de marquer beaucoup de points. Ça me place bien et ça me donne un peu d'air sur plein de choses, ça me montre que je vais dans la bonne direction. Maintenant, je vais faire des séries de trois tournois jusqu'à la fin de la saison, car quatre ça fait trop. Cette semaine, je reprends en Bretagne avant l'Italie et le Vaudreuil, puis une coupure d'une semaine, puis à nouveau trois, etc.

Le Blot Open de Bretagne est un rendez-vous que vous appréciez ?
J'adore la Bretagne : c'est magnifique, on y mange bien et les gens sont adorables ! Après je ne suis pas un grand fan du parcours de Pléneuf-Val-André dans le sens où il ne m'a pas vraiment réussi par le passé (il y a manqué le cut en 2015, 18 et 19, ndlr), mais ça n'empêche que je vais essayer de faire la meilleure semaine possible. Ça reste un tournoi que pas mal de joueurs étrangers du Challenge Tour ne font pas, parce que c'est loin et qu'ils préfèrent breaker, donc le champ n'est pas forcément très relevé par rapport à d'habitude. Mais ça n'empêche qu'il y a plein de bons joueurs et qu'il va falloir tirer son épingle du jeu. Cette année, je vais essayer de prendre exemple sur Julien Brun qui a « planté » le tournoi l'an dernier !

Qu'est-ce qui rend ce parcours de Pléneuf-Val-André si difficile à maîtriser ?
Déjà, il est très pénalisant du tee. Ici, tu n'as pas vraiment le coup moyen qui finit moyen ; tu as le bon coup qui finit bien et le mauvais coup qui finit dans un endroit injouable. Tu peux vite perdre des balles. Donc c'est la première raison pour laquelle il n'est pas facile : il faut très bien mettre en jeu. Après, ça dépend beaucoup aussi de son état, s'il est sec ou réceptif. S'il est très sec on risque d'avoir quelques surprises sur les rebonds des mises en jeu, ce qui peut vite rendre la tâche très compliquée. Et s'il est humide, il faudra juste bien taper la balle, ce qui est déjà assez compliqué en soi ! Sans parler du vent : s'il n'y en a pas trop ça peut se gagner à -15, et si ça souffle fort à -5, donc ça montre bien que ça peut être très difficile.


Par Alexandre MAZAS
22 juin 2022