Accueil / Actus / Pro / Challenge Tour / Le Hauts de France-Pas de Calais Golf Open à la croisée des chemins

Le Hauts de France-Pas de Calais Golf Open à la croisée des chemins

Le président de l’Aa Saint-Omer Golf Club, hôte du Hauts de France-Pas de Calais Golf Open, nous explique pourquoi le tournoi n’est plus au calendrier du Challenge Tour 2021. Et envisage pour l’avenir proche un nouveau départ après 24 années d’existence… 

Jean-Jacques Durand (à droite) au côté du vainqueur de la dernière édition en 2019, Robin Roussel. Alexis Orloff / ffgolf

Dévoilé le 27 janvier dernier avec alors quatre dates confirmées en France, le calendrier du Challenge Tour 2021 a « perdu » quelques jours plus tard l’un de ses rendez-vous tricolores. Et pas n’importe lequel. Le lundi 8 février, Roger Mortier, le Directeur du Hauts de France-Pas de Calais Golf Open annonçait en effet officiellement le retrait du tournoi, fort de 24 années d’existence, initialement programmé du 17 au 20 juin prochains.  

« Cette difficile décision était en réflexion depuis plusieurs mois, mais aujourd’hui la santé doit être la priorité de tous, et les conditions sanitaires et économiques pour la tenue de cet événement en toute sécurité ne sont pas réunies, soulignait alors le communiqué. Les perspectives d’évolution, très incertaines de la pandémie ne garantissent pas la présence de tous les sportifs internationaux. Le contexte économique ne permet pas d’envisager sereinement la poursuite des préparatifs liés à l’organisation. Bien que plusieurs de nos partenaires fidèles nous aient assuré de leur soutien pour cette édition 2021, la situation globale reste délicate et la priorité pour bon nombre d’entreprises pour l’année en cours demeurera la survie et le maintien de leur activité. »

Jean-Jacques Durand, le président de l’Aa Saint-Omer Golf Club, hôte du tournoi qui, en son temps, a même accueilli un double-badge European Tour entre 2003 et 2014, confirme « qu’on n’avait aucune certitude que les conditions sanitaires seraient meilleures qu’elles ne le sont en France aujourd’hui. Et n’étant pas là pour perdre de l’argent, on a décidé d’annuler. Les perspectives de perte par rapport au budget le plus serré que l’on pouvait présenter était très importantes. Sur 2021, on ne pouvait pas prendre ce risque. »

Aurait-il été cependant possible de repositionner l’épreuve nordiste un peu plus tard dans la saison ? Là encore, la réponse est négative.

« Cela aurait été extrêmement difficile, poursuit Jean-Jacques Durand. Il faut une centaine de bénévoles par jour pour assurer la tenue du tournoi. Et cette centaine de volontaires, on aurait eu beaucoup de difficultés à la trouver dans une période allant de juillet à août par exemple. Parmi les membres, nombreux sont en vacances. En septembre, on est toujours sur les mêmes problèmes. Et si on décalait sur octobre, on aurait été devant un souci de luminosité pour accueillir 156 joueurs. De plus, on a déjà fixé et arrêté la date du tournoi handigolf (Pas de Calais Handigolf Open) du 1er au 3 octobre. Bref, on était coincé. »

Reverra-t-on alors le Hauts de France-Pas de Calais Golf Open en 2022 dans le futur calendrier du Challenge Tour ? Rien n’est moins sûr. Le président de l’Aa Saint-Omer Golf Club avance néanmoins quelques pistes.

« Ce n’est pas que l’on fatigue mais il faut peut-être que l’on trouve une autre solution, quelque chose qui soit beaucoup plus dynamique, argumente-t-il en guise de conclusion. Il faut qu’on trouve le moyen d’impliquer de façon plus importante la télévision afin que celle-ci nous aide au financement du tournoi. Depuis le départ, nous finançons sur nos fonds propres les images qui peuvent passer sur les antennes de Golf+ par exemple. Après, à l’impossible, nul n’est tenu. On souhaite que le tournoi soit au calendrier en 2022. Est-ce que cela sera la même formule ? Je n’en sais rien. Je le répète, il faut peut-être se repositionner sur quelque chose de plus attractif pour le public. Il faut préciser que les pertes enregistrées par le club (Aa Saint-Omer Golf Club) en 2020 par la faute de la pandémie tourne autour de 150 000 euros. On ne peut pas se permettre d’accumuler des pertes… On ne sait pas quand le golf (et l’hôtel situé sur le site) va de nouveau pouvoir travailler de façon normale. On a un an et demi pour bâtir quelque chose ! »


Par Lionel VELLA
10 février 2021