Accueil / Actus / Pro / European Tour / Cartes européennes (finale) : Quatre Français montent sur le Tour !

Cartes européennes (finale) : Quatre Français montent sur le Tour !

Grégory Havret, Robin Sciot-Siegrist, Adrien Saddier et Jean-Baptiste Gonnet ont décroché leur droit de jeu sur le Tour européen à l'issue du dernier tour de la finale des cartes ce mercredi en Espagne. Il y a aura donc quinze Bleus parmi l'élite la saison prochaine.

Adrien Saddier, Jean-Baptiste Gonnet, Grégory Havret et Robin Sciot-Siegrist
Adrien Saddier, Jean-Baptiste Gonnet, Grégory Havret et Robin Sciot-Siegrist joueront sur le Tour en 2020 ! Alexandre Mazas / ffgolf
15-20
novembre
EUROPEAN TOUR Q-SCHOOL FINAL STAGE
LIEU : Lumine Golf Club, Espagne
CIRCUIT : European Tour

Havret rempile pour une 19e saison !

Derrière le Danois Benjamin Poke, lauréat incontesté de cette finale des cartes européennes 2019 avec un score total de -25 sur six tours, c'est Grégory Havret qui a pris seul la deuxième place à -19. Idéalement lancé par un birdie dès le 2, le Rochelais n'a jamais tremblé, alignant quatre birdies supplémentaires – dont une petit ficelle au 18 – pour jouer 66 (-5). Un an après avoir perdu sa carte du Tour européen, le vétéran aux 517 départs sur le grand circuit y fait donc son retour ! « J'ai vécu pas mal de hauts et de bas en vingt ans de professionnalisme, et ce moment-là est probablement aussi haut qu'une victoire. Surtout après un an de Challenge Tour : même si c'était une super expérience, je n'y serais pas retourné l'an prochain  » livre, ému, celui qui disputera sa 19e saison sur le Tour européen. « Le plus dur reste à faire, vu la catégorie avec laquelle je repars, pour garder ma carte l'an prochain. Mais là, je suis particulièrement heureux et fier de moi, et j'ai hâte de retrouver les copains et les très beaux tournois que j'ai laissés fin 2018 ! »

Sciot-Siegrist prend sa revanche

Auteur d'une partie bien maîtrisée et marquée, après son trou-en-un de lundi, par un nouveau coup de fer rentré – approche dans la boîte au 9 pour un eagle 2 ! – Robin Sciot-Siegrist a assuré lui aussi ses droits de jeu en rendant une carte de 68 (-3), synonyme de 8e place à -15. « Je suis très content d'avoir fini le job cette semaine, après avoir eu un petit goût amer la semaine dernière. C'est vraiment une revanche, même si le top 15 du Challenge Tour ne s'est pas joué la semaine dernière pour moi. C'est des points perdus çà et là dans la saison. Mais à Majorque, j'avais le jeu et je pensais que ça allait passer, et finalement non, donc je prends ces cartes un peu comme une revanche, oui », explique le gaucher.

Une semaine après avoir manqué l'accession directe à l'échelon supérieur pour un coup seulement, le joueur de Saint-Nom-la-Bretèche est le seul des quatre Bleus promus à débarquer pour la première fois de sa carrière dans la cour des grands. « J'ai le badge de membre du Tour, mais maintenant il va falloir faire le job. Il va falloir que je joue bien sur beaucoup de tournois, car je ne vais pas forcément rentrer dans les gros tournois, donc à moi de faire le taf », indique-t-il.

Saddier sans trembler

Parti de la troisième place, Adrien Saddier était le mieux placé des Bleus à l'entame du dernier tour. Et malgré un aller délicat, comme la veille (+1), le joueur de 27 ans n'a pas tremblé au moment de récupérer sa carte du Tour perdue il y a quelques semaines à l'issue du Portugal Masters. Avec un score de 71 (par) il se classe 8e à -15 lui aussi, et s'offre ainsi une quatrième saison parmi l'élite. « Ça fait plaisir, franchement. Ça a été une année compliquée, j'ai eu un été pourri, donc retrouver le Tour, c'est génial ! Ce dernier round n'a pas été évident, mais j'ai réussi à garder la tête froide, à prendre les bonnes décisions au retour. La sortie de bunker au 10 qui rentre qui me fait du bien. Après, j'ai fermé la porte à la fin en poussant mes pars », explique-t-il.

Le Haut-Savoyard n'aura guère le temps de se reposer avant d'attaquer la prochaine saison, puisqu'il s'envolera dès samedi pour l'Afrique du Sud où se déroulera l'Alfred Dunhill Championship du 28 novembre au 1er décembre : « Je vais me faire une bonne raclette avec des amis demain soir, et je vais me reposer trois jours à la maison, mais j'ai déjà hâte d'être dans l'avion pour partir à Leopard Creek. »

Gonnet, un exploit « hallucinant »

Premier des quatre Bleus à avoir rejoint le club-house, Jean-Baptiste Gonnet a lui aussi arraché sa carte à la faveur d'un 69 (-2), et au prix de quelques frayeurs... Après deux birdies au 9 et au 13, un bogey au 14 l'a contraint à signer un dernier oiselet pour revenir à -12. Raté au 16, où son putt a pris le bord, mais réussi au 17 grâce à une ficelle en descente, puttée « même pas pour la rentrer » ! « Je ne réalise pas ce que j'ai fait... C'est dingue ! C'est même inimaginable... », a-t-il déclaré, vibrant d'émotion. « Quand je pense qu'aux PQ1 c'est passé sur la marque avec triple bogey au dernier, aux PQ2 c'est passé en mettant 4 m pour faire le play-off... Là c'est la meilleure semaine de jeu, clairement, comparé aux deux autres. Et ça passe aussi... C'est fou ! Je n'ai même pas de mots. Je n'étais pas là pour chercher un résultat, juste pour me marrer, et ça le fait. C'est hallucinant. Je sais ce que je vais faire l'année prochaine, et c'est juste dingue. »

Finalement 25e ex æquo à -12, le Cannois de 37 ans retrouvera donc le Tour européen, un circuit qu'il avait quitté fin 2013. Un sacré exploit, probablement l'un des plus marquants de l'histoire du golf français de la part d'un joueur qui avait raccroché les clubs il y a plus d'un an et qui ne s'était que très peu entraîné depuis. Un exploit qui suppose aussi quelques changements de vie : « J'étais au fond du trou il y a quelques années quand j'ai arrêté, et là je me dis que je peux revenir. C'est arrivé à d'autres. Il n'y a pas de limites pour l'an prochain. Je vais devoir reprendre l'entraînement, bien obligé ! Mais light... Ça fait des années que je sais ce que j'ai à faire physiquement, mais que je ne le fais pas trop... Là, si je veux garder la carte en fin de saison prochaine, il va bien falloir », conclut-il.

Les quatre autres Français trop courts

Auteur d'une belle dernière carte de 67 (-4) Mathieu Fenasse échoue à la 35e place à -10, à deux coups de la terre promise. Le Toulousain évoluera donc à nouveau sur le Challenge Tour l'an prochain, même si la petite catégorie European Tour qu'il décroche lui permettra sans doute de jouer une poignée d'épreuves. De leur côté Thomas Linard (69) et Ugo Coussaud (73) terminent 68es à -2, et Gary Stal (74) finit 75e à +4. Ces trois-là joueront également sur la deuxième division européenne en 2020, pour une saison qui devrait commencer au mois de février en Afrique du Sud puisque trois tournois co-sanctionnés avec le Sunshine Tour devraient être officialisés prochainement.


Par Alexandre MAZAS
20 novembre 2019