Accueil / Actus / Pro / LPGA Tour / Pour Pauline Roussin-Bouchard, la moitié du chemin est faite... et pas à moitié !

Pour Pauline Roussin-Bouchard, la moitié du chemin est faite... et pas à moitié !

Grâce à une prestation quasi-parfaite la semaine dernière dans l'Alabama, Pauline Roussin-Bouchard pointe en tête des Q-Series après les quatre premiers tours. Pour les quatre derniers, qui démarrent ce jeudi, la joueuse entraînée par Alain Alberti va tâcher de faire encore mieux.

Pauline Roussin-Bouchard
La Varoise vise une place sur le LPGA Tour en 2022. LPGA Tour
02-12
décembre
Q-SERIES
LIEU : Robert Trent Jones Golf Trail, États-Unis
CIRCUIT : LPGA Tour

Vingt-quatre birdies, un eagle et sept bogeys en 72 trous : voilà pour la partie émergée de l'iceberg, celle que tout le monde peut voir dans les scores rendus de jeudi à dimanche dernier par Pauline Roussin-Bouchard. Après quatre tours, soit la moitié de ce marathon équivalant à deux tournois normaux, la Varoise pointe seule en tête du leaderboard, à 19 coups sous le par. D'un point de vue strictement comptable, elle n'a cessé de s'améliorer, battant à chaque tour le résultat de la veille : 69 jeudi, 67 vendredi, 66 samedi et 65 dimanche ! « Le fonds de jeu a été très bon toute la semaine puisqu'elle a pris, je crois, 16, 18, 15 et 16 greens en régulation. Elle est juste montée en puissance au putting lors du week-end, où non seulement elle s'est mises très près des drapeaux, mais où elle a aussi rentré une paire de putts au-delà des 4 ou 5 m, à la différence des deux premiers tours », nous indique son entraîneur Alain Alberti.

Pas un green raté depuis le fairway !

Présent à ses côtés depuis le début de ces Q-Series, le technicien basé au golf de Montpellier-Massane ne peut que se réjouir de la solidité affichée par sa protégée. « Dimanche, elle a raté un drive dans les arbres au 1 ; la veille elle a eu une balle plugguée dans un bunker sur une mise en jeu sur un par 5 ; et elle a pris trois fois trois putts sur les deux premiers jours. Et c'est à peu près tout au rayon des erreurs, puisqu'elle n'a pas raté un seul green depuis le fairway », analyse-t-il. « Physiquement, elle est bien, d'autant plus que François Teissedre-Dalou, son ostéopathe, est là lui aussi les quinze jours et lui prodigue des soins tous les soirs. Et avec son caddie, Sébastien Clément, ça fonctionne très bien comme à chaque fois qu'ils sont ensemble, donc tout va bien ! » Aucun nuage ne vient donc pour l'instant obscurcir l'horizon de ce quatuor tricolore en mission dans l'Alabama. « Il n'y a pas vraiment de réglages à faire », admet Alain Alberti.

« Je ne crois pas qu'elle se contentera de défendre son avance... »

Ayant quitté la ville de Mobile où se situaient les deux parcours de Magnolia Grove, le petit commando a traversé l'Alabama d'ouest en est pour prendre ses quartiers à Dothan, où les attendent quatre tours sur le tracé d'Highland Oaks. Leader, Pauline Roussin-Bouchard les attaquera dans une position évidemment confortable, mais devra justement s'extirper de ce confort pour donner à nouveau le meilleur d'elle-même. « À partir de mardi, on va faire le travail préparatoire et la reconnaissance du parcours comme on le fait d'habitude : de manière sérieuse. Et quand arrivera jeudi, elle ne jouera pas pour assurer sa place, elle jouera pour finir devant. Elle a l'avantage que les scores des quatre premiers tours comptent, mais je ne crois pas qu'elle se contentera de défendre son avance sur la 21e (seul le top 20 obtiendra une catégorie pleine sur le LPGA Tour, ndlr). Je pense qu'elle va jouer comme si c'était un nouveau tournoi qui démarrait, avec l'ambition de faire de son mieux chaque jour pour être devant à la fin », estime son coach. Dès jeudi, la nouvelle pépite du golf féminin français attaquera donc, sereine et déterminée, l'ultime tronçon de son long chemin vers le circuit américain.


Par Alexandre MAZAS
7 décembre 2021