Accueil / Actus / Pro / LPGA Tour / Quatre Françaises à l’assaut du Congressional

Quatre Françaises à l’assaut du Congressional

La 68e édition du KPMG Women’s PGA Championship prend ses quartiers au Congressional, théâtre de la victoire historique de Rory McIlroy lors de l’US Open 2011 avec un score record de -16 (égalé par Brooks Koepka en 2017). Céline Boutier, Perrine Delacour, Pauline Roussin-Bouchard et Agathe Laisné tenteront de succéder à Nelly Korda, la tenante du titre.  

Céline Boutier, 19e mondiale, prend cette semaine le départ de son 27e tournoi du Grand Chelem depuis 2013 AFP
23-26
juin
KPMG WOMEN'S PGA CHAMPIONSHIP
LIEU : Congressional Country Club (Blue), États-Unis
CIRCUIT : LPGA Tour

Le tournoi

Né en 1955, le KPMG Women’s PGA Championship, deuxième plus vieux tournoi du Grand Chelem féminin derrière l’US Open, a connu plusieurs appellations. D’abord LPGA Championship (de 55 à 70 puis de 73 à 86), il a par la suite souvent été estampillé d’un sponsor titre principal : Mazda, McDonald’s, AIG, Coca-Cola, Wegmans… Et KPMG depuis 2015. Positionné aux beaux jours (entre mai et août) depuis sa création, le PGA Championship s’est déjà joué au tournant de l’automne (de fin septembre à octobre) entre 1961 et 1967 et lors de l’édition 2020 (en octobre), en raison de la pandémie liée au Covid-19. 

Le site

Pour la septième année consécutive, la PGA of America a choisi d’accueillir le 3e Majeur de la saison du LPGA sur un site ayant déjà reçu un Majeur masculin. Après l’Atlanta Athletic Club (en 2021), l’Aronimink Golf Club, l’Hazeltine National Golf Club, le Kemper Lakes Golf, Olympia Fields Country Club et Sahalee Golf Club, place au Congressional Country Club à Bethesda (Maryland). Considéré comme l’un des endroits les plus selects des Etats-Unis, il a reçu à trois reprises l’US Open masculin en 1964, 1997 et 2011 remportés respectivement par Ken Venturi, Ernie Els et Rory McIlroy, une fois l’USPGA (victoire de David Stockton en 1976) et une fois l’US Open Senior (victoire de Tom Weiskopf en 1995). Le Congressional accueillera de nouveau le Women’s PGA Championship en 2027 mais aussi la Ryder Cup en… 2037. 

Le parcours

Pourvu de deux parcours, Blue Course et Gold Course, le Congressional CC organise toutes ses plus grandes compétitions sur le par 72 du Blue Course, long pour les dames de 6 246 mètres (par 71 de 6 926 mètres pour les hommes). Sorti de terre en 1924, il a été redessiné par Robert Trent Jones en 1957 puis par Rees Jones en 1989 et 2006. Une nouvelle restauration selon la conception originale de son "géniteur", Devereux Emmet, a été entreprise par Andrew Green à partir de février 2019. 

La dotation

Avec 4,5 millions de dollars, le KPMG Women’s PGA Championship proposait encore jusqu'à aujourd'hui mardi 21 juin le plus faible prize-money des cinq tournois du Grand Chelem féminin derrière le Chevron Championship (5 millions), l’Amundi Evian Championship (6,5 millions), le British Open (6,8 millions) et l’US Open (10 millions). Mais la PGA of America, KPMG et le LPGA ont annoncé en milieu de journée à Bethesda une augmentation substantielle de la dotation. Celle-ci passe désormais à 9 millions de dollars. Celle qui l’emportera dimanche repartira donc avec un chèque de 1,35 million de dollars (contre 675 000 dollars l'an dernier).  

La tenante du titre

Victorieuse en 2021 avec un score total de -19 (269) une semaine après avoir gagné au Meijer LPGA Classic, Nelly Korda, 23 ans, n’a joué que cinq tournois sur le LPGA Tour depuis le début de la saison. L’Américaine, dont le père n’est autre que l’ancien tennisman tchèque, Petr Korda, a en effet été opérée en avril d’un caillot de sang au bras gauche. Revenue à la compétition début juin, la championne olympique à Tokyo en 2021 s’est offert une 8e place à l’US Open à Pine Needles avant de finir 2e le week-end passé au Meijer LPGA Classic, battue en play-off. 

Le champ

156 joueuses sont engagées cette année, dont huit professionnelles de la PGA. Toutes les pensionnaires du top 20 mondial sont là, à l’exception de l’Américaine Danielle Kang, 13e, forfait en raison d’une possible tumeur à la colonne vertébrale (!), et de la Sud-Coréenne Min Ji Park (18e), membre du KLPGA, le circuit pro coréen. Outre Nelly Korda, qui cherchera à réaliser le doublé, comme l’avait fait la Sud-Coréenne Inbee Park en 2013-14 avant de signer un incroyable triplé en 2015 et qui sera encore à suivre de près (3 tops 10 depuis le début de saison), on scrutera avec attention les performances de l’Australienne Minjee Lee, victorieuse à l’US Open le 5 juin dernier, de la Canadienne Brooke M. Henderson, lauréate du ShopRite LPGA Classic le 12 juin ou encore Jennifer Kupcho, 25 ans, qui vient de s’imposer au Meijer LPGA Classic. Rappelons que la native de Littleton (Colorado) a décroché son premier Majeur début avril à Rancho Mirage (Californie) au Chevron Championship. 

L’affaire Michelle Wie

Epreuve exclusivement réservée aux joueuses professionnelles (au contraire de l’US Open par exemple), le règlement du Women’s PGA Championship avait pourtant été contourné en 2005 pour accueillir dans le champ le phénomène Michelle Wie, alors âgée de 15 ans et encore amateure. L’Américaine avait finalement terminé deuxième, trois coups derrière la Suédoise Annika Sörenstam. Toutefois, devant les nombreuses protestations venues du monde pro, la PGA of America décida l’année suivante d’interdire de nouveau toute joueuse amateure. 

Toute première fois

Depuis plusieurs années maintenant, de nombreuses joueuses ont ouvert leur compteur en gagnant le KPMG Women’s PGA Championship comme cela fut le cas pour Nelly Korda en 2021, Sei young Kim en 2020 mais aussi pour l’Australienne Hannah Green en 2019 à Hazeltine. Première également pour Danielle Kang, la grande absente de la semaine, en 2017, comme Brooke M. Henderson l’année précédente au Sahalee Country Club (Washington). Alors à qui le tour ?   

Les Françaises engagées

Elles sont quatre en lice cette année (contre trois l’an passé). C’est le cinquième PGA Championship pour Céline Boutier après 2018 (cut manqué), 2019 (53e), 2020 (37e) et 2021 (7e). Soit le 27e départ en tournois Majeur depuis le British 2013 (elle était encore amateure) pour la Francilienne domiciliée à Dallas (Texas), 19e joueuse mondiale et qui n’a pas manqué le moindre cut en 2022 (sur dix départs avec un champ complet et un cut après 36 trous). Elle reste sur une très belle 4e place au Chevron Championship et sur une 34e place finale à l’US Open. Perrine Delacour, 109e au classement mondial, s’élance pour son sixième PGA Championship après 2015 (49e), 2017 (cut), 2018 (68e), 2020 (58e) et 2021 (46e). Son meilleur résultat sur le LPGA cette année demeure une 13e place au HSBC Women’s World Championship (3-6 mars). Grande première en revanche dans un PGA Championship pour Pauline Roussin-Bouchard et Agathe Laisné, 144e et 381e mondiales. L’élève d’Alain Alberti, rookie cette saison sur le LPGA Tour, reste sur un cut manqué à l’US Open après avoir fini 35e au Chevron Championship 2022, tandis que la Racingwoman, passée pro en septembre dernier, n’a toujours pas réussi à franchir le moindre cut en Grand Chelem en quatre départs (Evian Championship 2015 et 2017, British 2018 et US Open 2020). Son apprentissage du circuit US est pour le moment difficile avec un seul week-end joué en huit départs (16e au Palos Verdes Championship le 1er mai)


Par Lionel VELLA
21 juin 2022