Accueil / Actus / Pro / LPGA Tour / Céline Boutier : « Focalisée sur les Majeurs en 2022 »

Céline Boutier : « Focalisée sur les Majeurs en 2022 »

Au sortir d'une excellente quatrième saison sur le LPGA Tour, couronnée par un deuxième trophée et une nouvelle campagne victorieuse en Solheim Cup, Céline Boutier compte profiter de la coupure hivernale pour améliorer son putting, et... son service !

La Parisienne retrouvera le LPGA Tour le 21 janvier en Floride. Tristan Jones / LET

Vous avez conclu votre saison en finissant troisième de la finale du LPGA Tour. Qu'en retenez-vous : la satisfaction d'une belle performance ou la frustration de ne pas l'avoir emporté ?
C'était une bonne semaine. J'ai très bien démarré, et même si c'est vrai que j'aurais pu mieux faire lors des deux derniers tours, je suis quand même contente de finir troisième sur un des plus gros tournois de l'année. Le samedi, il y avait beaucoup plus de vent et j'ai eu du mal à faire des birdies car j'étais un peu trop loin des drapeaux à chaque fois, entre 5 et 10 m. Il y a eu un peu de pression aussi. Être en position de tête est l'une des choses les plus difficiles à gérer dans ce sport : il faut repartir de zéro chaque jour et s'efforcer de ne pas penser au score pour jouer libérée. Je me connais, c'est quand je commence à regarder les scores, les leaderboards, que le stress commence à monter, donc j'ai essayé d'y penser le moins possible. Le dimanche, ça se jouait un peu plus facile car il y avait moins de vent, mais il m'a manqué quelques putts qui tombent pour faire la différence. C'était malgré tout une belle façon de finir cette saison qui, de manière générale, me laisse super satisfaite. J'ai hâte de repartir sur 2022 pour faire encore mieux.

Jin Young Ko et Nelly Korda, qui se sont disputé la victoire dans le tournoi et au classement général de la saison, étaient un cran au-dessus des autres cette année ?
Franchement, quand on regarde leur saison, ce qu'elles ont fait l'une et l'autre est incroyable. Elles étaient au-dessus du lot cette année, ça s'est vu par leurs scores et leurs résultats. Elles étaient quasiment tout le temps dans le top 5 ! Ce sont deux joueuses qui font tout très bien et qui, par rapport aux autres, jouent en moyenne un à deux coups de moins chaque jour. À la fin de la saison, ça fait une sacrée différence ! Je n'ai pas joué avec Nelly cette année, mais une ou deux fois avec Jin Young : quand elle ne joue pas très bien, elle arrive quand même à scorer -4... C'est assez impressionnant !

Avez-vous identifié des points d'amélioration pour être meilleure en 2022 ?
Principalement le putting, qui a été un peu inconsistant cette année d'un tour à l'autre et d'un tournoi à l'autre. Si je pouvais améliorer un peu ce secteur sur l'ensemble de la saison, ce serait pas mal.

Vous aviez beaucoup travaillé ces dernières années pour gagner en distance. Ce n'est plus une priorité ?
Aujourd'hui, je suis vraiment à l'aise sur tous les parcours. La distance ne me pose plus de problèmes, je ne joue plus les longs par 4 en tapant driver puis rescue ou bois 3... Bon, ça arrive encore un peu sur les Majeurs, mais globalement je ne suis plus pénalisée par un manque de distance. J'ai bien vu cette saison, sur les parcours qu'on a l'habitude de jouer, que pour attaquer les greens j'avais des clubs plus courts que les années précédentes. J'ai gagné une bonne dizaine de mètres au driver, et je pense avoir vraiment réussi à maximiser mon potentiel. J'ai peut-être encore 5 mètres à gagner, mais pas beaucoup plus. Et puis je suis réaliste, je sais qu'avec mon gabarit je ne taperai jamais aussi loin que Maria Fassi ou Anne van Dam.

Quels sont vos objectifs pour 2022 ?
Je pense que je vais vraiment me focaliser sur les Majeurs, car j'ai eu des résultats un peu inconstants sur ces tournois-là ces dernières saisons. Et j'aimerais vraiment me mettre en position d'en gagner un.

Dans les périodes off, comme je ne m'entraîne plus ou pas autant que pendant la saison, forcément je ne joue pas aussi bien. Et ça me frustre ! Et ça me donne envie de m'entraîner à fond pour retrouver un niveau correct.

Comment allez-vous occuper la période hivernale ?
On reprend mi-janvier (au Tournament of Champions prévu du 21 au 24 janvier, ndlr) donc ça fait vraiment une bonne pause, presque deux mois sans tournoi. Depuis le Tour Championship, j'ai essayé de ne pas trop penser au golf, je n'ai quasiment pas mis les pieds sur un parcours. La semaine dernière je suis allée voir des amis dans l'Arkansas, la semaine prochaine je rentre en France retrouver ma famille, je vais aussi passer une semaine au Mexique, donc j'occupe mes vacances en voyageant un peu avant de reprendre l'entraînement un peu plus tard.

Cela vous arrive-t-il de jouer simplement pour le plaisir ?
J'ai joué deux ou trois fois ces dernières semaines, mais c'est difficile pour moi d'aller jouer comme ça, en mode partie amicale. J'adore aller sur le parcours, mais dans les périodes off, comme je ne m'entraîne plus ou pas autant que pendant la saison, forcément je ne joue pas aussi bien. Et ça me frustre ! Et ça me donne envie de m'entraîner à fond pour retrouver un niveau correct. Donc c'est un peu un cercle vicieux (rires). J'essaie de jouer sans prendre cela trop au sérieux, mais comme je ne peux pas m'empêcher d'être perfectionniste je finis presque toujours par avoir envie de m'entraîner six heures d'affilée quand je remets les pieds sur un parcours...

Vous sentez que votre niveau de jeu se dégrade en l'espace de quelques jours seulement ?
Ah... oui ! C'était un peu la cata l'autre jour... (rires) Enfin, pas tant que ça quand même, mais j'avais l'impression que mon club allait un peu partout. On perd très vite les sensations dans le swing, le petit jeu et le putting.

Quelles activités avez-vous l'habitude de faire en dehors du golf ?
Traîner avec des amis, aller voir des shows ou des matchs autour de Dallas, faire du shopping, aller au cinéma, bref des trucs normaux. J'aime bien le tennis aussi. À part le service qu'il faut vraiment que j'améliore, je trouve que je ne joue pas trop mal, mais ça vient sans doute du fait que j'ai l'habitude de jouer contre des gens de mon niveau. J'ai l'impression de ne pas être trop mauvaise, mais dans l'absolu c'est sans doute pas terrible (rires) !


Par Alexandre MAZAS
2 décembre 2021